• CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale

Histoire

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Histoire. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Histoire, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Histoire / 1re L
Une hécatombe sans précédent  
  • 1. Le conflit le plus sanglant de...
    • b. Les pertes indirectes
  • 2. La diversité des situations
    • a. Des pays inégalement touchés
    • b. L'importance des pertes civiles

1. Le conflit le plus sanglant de l'Histoire

a. Les pertes directes

Les pertes humaines globales représentent environ une cinquantaine de millions de personnes. Soit six à sept fois plus que le premier conflit mondial. Il convient d'y ajouter les blessés – environ 35 millions de personnes – et les disparus – 3 millions de personnes. Ainsi, ce sont 88 millions de personnes qui ont été dans leur chair victimes du conflit.
Il convient enfin d'évoquer les traumatismes psychologiques suite aux maltraitances, aux viols, aux bombardements...
Si les Etats-Unis – non affectés par des combats hormis l'attaque sur Pearl Harbor – ne perdent que l'équivalent de 0,2 % de leur population de 1939, la Pologne, qui perd l'équivalent de 14 % de la sa population de 1939, enregistre une véritable saignée démographique.

La Seconde Guerre mondiale a donc été non seulement un conflit de masse mais également celui de la mort massive. L'ampleur des moyens mis en œuvre par les belligérants explique le caractère massif des pertes humaines. Le nombre – considérable – de disparus s'explique par l'étendue des populations affectées par le conflit et l'importance des mouvements de populations – volontaires ou subis – durant le conflit.

b. Les pertes indirectes
A ces pertes directes, il convient d'ajouter des pertes indirectes, plus difficiles à quantifier. Il s'agit d'une véritable surmortalité de guerre qui s'explique par les mauvaises conditions sanitaires, les difficultés de ravitaillement et la diminution de la natalité qui affectent une partie des populations concernées.
La sous-alimentation a produit des effets négatifs durables sur les populations : dans les années d'après-guerre, on observe, lors de l'intégration des jeunes hommes au service national, un taux important de rachitisme, supérieur à celui de l'avant-guerre. En 1943, les hommes adultes,
...
Pour consulter la fiche en entier, inscris-toi gratuitement sur Cours.fr,
tu pourras accéder à toutes les fiches de cours dans toutes les matières.





Suivez-nous sur les réseaux sociaux !