Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Exercices et Cours de Mathématiques, Français, Anglais...

Première visite
Je m'abonne !




  Philosophie  

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Philosophie. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Philosophie, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Philosophie / Terminale L
Le temps est-il contraignant ou libérateur ?  
  • 1. Le temps comme contrainte
    • a. Kronos, le géant destructeur
    • b. Le mouvement implacable du temps
    • c....
  • 2. Le temps est une libération
    • a. Le présent, espace...
    • b. Le temps historique : lieu de...
    • c. Le temps, constitutif de notre...

Le temps est indissociable de toutes nos expériences : il est l’univers dans lequel s’inscrit l’existence humaine. Or, l’homme étant incapable de contrôler ou de dominer le temps, celui-ci apparaît comme une contrainte qui s’impose à lui. L'homme étant immergé dans le temps, il ne peut à son gré échapper à son emprise. Le temps se dérobe toujours.
Cependant, l’horizon de l’homme est également ouvert sur le temps : par ses actions et par ses choix, l'homme peut lui donner, sinon une direction, du moins un sens. C’est seulement en tenant compte du temps que l’homme peut gagner sa liberté et construire son existence.
Le temps est-il, par conséquent, une contrainte ou une libération ? Nous enferme-t-il ou au contraire nous libère-t-il ?
1. Le temps comme contrainte
a. Kronos, le géant destructeur
La mythologie grecque raconte que l’un des Titans nommé le Temps – Kronosdévora tous les fils qu’il eut avec sa sœur, Rhéa. Seul l’un de ses enfants, Zeus, réussit à échapper à son père et à libérer ses frères : c’est lui qui devint le premier des dieux de l’Olympe. Cette légende nous montre que le Temps est à la fois celui qui engendre et celui qui détruit, puisqu'il dévore sa propre progéniture. C’est toute l’ambiguïté du temps qui est à la fois création et destruction.
 
Pour l’homme, le temps s’impose tout d’abord comme une force d’anéantissement : dès qu’il vient au monde, l’être humain fait l’expérience du temps comme une puissance destructrice à laquelle il ne peut échapper.
b. Le mouvement implacable du temps

Le temps ne dépend pas de nous et nous y sommes inéluctablement soumis. C’est d’abord une force extérieure qui nous impose sa loi, sans que nous puissions nous y soustraire. Nous nous considérons en effet comme prisonniers du temps.

Héraclite, d'Éphèse (~567 - ~480 av. J.-C.) philosophe présocratique, utilise ainsi une métaphore fluviale pour parler du temps. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », dit-il ; le temps s’écoule et tout est à chaque seconde changement. L'eau coule en permanence, le fleuve est à la fois toujours le même et toujours autre. Chaque instant disparaît dès qu’il est apparu.

Plus encore, le temps n’a pas d’existence, comme le montrera saint Augustin : comme le passé n’est plus et que le futur n’est pas encore, on ne peut donner aucune consistance au temps. (Confessions)

Face à ce mouvement inexorable du temps, on ne peut avoir que des regrets et une conscience douloureuse des ravages qu’il provoque sur son passage.

c. L’irréversibilité du temps
...
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour la voir en intégralité !