Méthode de dépannage - Cours de Mécanique industrielle avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

Méthode de dépannage

La réparation rapide et efficace d'une panne exige que vous agissiez d'une manière structurée.

Si, lorsque survient une panne, vous ne procédez pas avec méthode, vous poserez des gestes inutiles n'ayant aucun rapport avec le problème en cause.

Il vous faudra alors plus de temps qu'il n'en faut pour effectuer la réparation, entraînant ainsi un arrêt de production plus long avec les conséquences financières que cela implique.

Cette étude vous présente donc une méthode de dépannage structurée qu'il est essentiel d'adopter lorsque survient une défaillance d'un équipement.

1. Défaillance

La défaillance d'un équipement peut être de deux niveaux :

  • Le premier, appelé généralement défaillance partielle, est défini comme étant l'altération de la fonction pour laquelle l'équipement a été conçu.
  • Le second niveau, qu'on appelle défaillance complète ou panne, est défini comme étant la cessation de la fonction pour laquelle l'équipement a été conçu.

Quel qu'en soit le niveau, une défaillance résulte obligatoirement d'un changement quelconque.

Il peut s'agir d'une pièce:

  • qui s'use,
  • se brise
  • ou se dérègle.

Autrement dit, une défaillance correspond nécessairement à une cause particulière.

2. Rôle du dépanneur

Le rôle d'un dépanneur consiste à déterminer avec précision la cause d'une défaillance.

Cette étape essentielle assure la prise de mesures, c'est-à-dire les réparations, qui élimineront la cause de la défaillance, non pas seulement les symptômes.

Si la cause d'une défaillance n'est pas corrigée, cette dernière risque de réapparaître et même de prendre de l'ampleur.

Voyez l'exemple suivant:

Vous travaillez pour la première fois à un nouveau poste de travail. Après quelques heures, vous vous apercevez que vous avez mal à la tête. La mesure que vous prenez alors est la suivante : vous prenez de l'aspirine.

Le lendemain, le même phénomène se produit : vous avez mal à la tête. Cette fois, vous décidez de déterminer la cause de ce mal de tête.

Après enquête, vous découvrez que votre poste de travail est trop bruyant et prenez comme mesure de porter des protecteurs auditifs.

Vous venez ainsi de régler votre problème.

Cet exemple démontre l'importance d'agir sur la cause d'une défaillance afin d'éviter que le problème ne se reproduise. Il est évident que pour éliminer la cause d'une défaillance, il faut savoir exactement ce qui ne va pas.

On doit donc trouver la cause précise du problème.

3. Diagnostic de panne

Diagnostiquer une défaillance demande de procéder de façon logique et séquentielle.

Le diagnostic de panne permet de relier l'effet d'une défaillance (ex. : mal à la tête)

à sa cause (ex. : poste de travail trop bruyant).

Les trois étapes d'un diagnostic de panne sont les suivantes :

        - la recherche d'informations ;

         - l'identification de la cause ;

         - la réparation.

Recherche d'informations :

Lorsqu'on se trouve face à une défaillance, on doit savoir exactement ce qui ne va pas. Si l'on n'en a qu'une vague idée, on ne pourra avoir qu'une idée approximative de la cause de cette défaillance.


Le docteur Edwin Land, l'inventeur du Polaroïd a déclaré un jour : "Si vous pouvez énoncer un problème, il peut être résolu."

La première étape d'un processus de diagnostic de panne consiste donc à amasser le maximum d'informations concernant l'effet d'une défaillance. Tel un détective sur les lieux du crime, il faut obtenir des informations et des indices. Les sens doivent être aux aguets : la vue, le toucher, l'ouïe et l'odorat. On doit trouver des indices sur l'effet de la défaillance en se posant les questions suivantes :

         - Où se situe-t-elle ?

          - Quand est-elle apparue ?

          - Est-ce la première fois qu'elle se produit ?

          - Est-ce qu'elle s'est manifestée progressivement ou soudainement ?

          - Est-elle intermittente ?

          - Est-ce qu'il y a eu des signes précurseurs tels que bruits, fuites, odeurs suspectes ou vibrations  anormales ?

          - Est-elle de nature hydraulique, pneumatique, mécanique, électrique, électronique ou autre ?

          - Quelle est son ampleur : mineure, majeure ou critique ?

Pour répondre à toutes ces questions, on consulte:

  • l'opérateur de l'équipement,
  • son registre,
  • le registre d'entretien préventif de l'équipement.

Lorsque la défaillance est partielle, il faut observer le fonctionnement de l'équipement. Il importe également d'observer les indicateurs du système tels que:

  • manomètre,
  • débitmètre,
  • tachymètre,
  • thermomètre,
  • voltmètre... et autres.

Face à une défaillance, il ne faut surtout pas paniquer. On prend un temps d'arrêt, on s'informe et on écoute ce qui est dit. On observe ce qui se passe, on étudie le problème, puis on en remarque les caractéristiques.

Rappelez-vous que la première tâche consiste à connaître avec précision l'effet de la défaillance parce que ces spécifications sont les meilleurs indices du changement qui l'a causée.

Identification de la cause

A ce stade du processus de dépannage, on a amassé une foule d'informations sur l'effet de la défaillance.On sait qu'une défaillance est causée par un changement dans le système. Il s'agit ensuite de chercher à connaître ce changement.

On cherche à identifier la cause précise de la défaillance.

Pour faciliter les investigations, il existe des tableaux de diagnostic de panne de la plupart des machines ou équipements.

Ces tableaux élaborés grâce à l'expérience de spécialistes et à partir des antécédents de ce type d'équipement.

  • contiennent l'ensemble des défectuosités qui sont fréquemment rencontrées;
  • associent à chacune d'elles la ou les causes probables ainsi que les correctifs à apporter.

Il faut s'assurer qu'il s'agit bien de la cause réelle avant d'aller plus loin.

Cette vérification s'effectue en deux étapes.

1-On compare la cause aux effets de la défaillance. La cause qui a été identifiée doit expliquer les effets de la défaillance observée et en être responsable.

  • Exemple : Est-il possible que votre poste de travail soit trop bruyant, ce qui occasionnerait votre mal de tête ? Oui, c'est possible.

2-On vérifie la cause sur les lieux pour constater si cette cause ou ce changement existe réellement.

  • Exemple : A l'aide d'un équipement approprié, vous mesurez le niveau sonore de votre poste de travail.

Lorsque ces deux étapes de validation sont accomplies et que la cause de la défaillance est identifiée, on est en mesure de passer à l'étape suivante du processus de diagnostic de panne qui consiste à la réparation de la cause de la défaillance.

Réparation :

Une fois que la cause réelle d'une défaillance a été déterminée, on peut prendre la ou les mesures nécessaires pour corriger la situation.

La tâche consiste alors, dans un premier temps, à réunir le matériel nécessaire, c'est-à-dire :

       - les schémas de principe ;

        - les manuels du fabricant (entretien, pièces, etc.) ;

        - les vues éclatées de démontage et de remontage ;

        - les pièces de rechange nécessaires ;

        - les outils spéciaux ;

        - les équipements de manutention ;

        - les équipements de sécurité.

Par la suite, on est en mesure d'effectuer la réparation proprement dite et d'apporter certaines modifications pour éviter que cette défaillance ne se reproduise.

Une fois la réparation complétée, il faut s'assurer que l'équipement réparé fonctionne normalement en observant :

  • son fonctionnement ;
  • les indicateurs du système.

En résumé sur la méthode de dépannage :

A la suite de cette étude, vous devriez retenir plus particulièrement les points suivants :

 La réparation rapide et efficace d'une panne exige qu'on agisse d'une manière logique et structurée.

• Une défaillance est toujours causée par un changement quelconque.

• Le rôle d'un dépanneur est de déterminer avec précision la cause d'une défaillance, puis de prendre les mesures qui éliminent la cause de la défaillance, non pas seulement les symptômes.

• Un diagnostic de panne est constitué de façon logique et séquentielle. Il est divisé en trois étapes :

        - la recherche d'informations ;

         - l'identification de la cause ;

         - la réparation.

• La recherche d'informations permet de savoir exactement ce qui ne va pas.

• L'identification de la cause d'une défaillance consiste à identifier le changement qui a causé le problème.

• La réparation consiste à réparer l'équipement proprement dit et à apporter certaines modifications afin d'éviter que cette panne ne se reproduise.

• Un diagnostic de panne est constitué des étapes qui vous sont présentées sous forme d'algorigramme suivant:

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents