L'Union indienne - Cours de Géographie avec Maxicours

01 49 08 38 00 - appel gratuit de 9h à 18h (hors week-end)

L'Union indienne

L’Union indienne est une ancienne colonie anglaise, indépendante depuis 1947 : c’est un Etat fédéral et démocratique. Cet Etat se caractérise par une grande diversité culturelle :
- 179 langues dont l’hindi et l’anglais qui sont les langues officielles ;
- de nombreuses religions dont l’Hindouisme et l’Islam ;
- une société divisée en castes.
Quel développement connaît l’Inde d’aujourd’hui ?
1. Un Etat très peuplé
a. Un milliard d’habitants plutôt jeunes
Deuxième foyer de population du monde après la Chine, l’Inde héberge à elle seule plus 20 % de la population mondiale. L’Inde compte une population jeune : plus de 50% de la population a moins de 25 ans. Elle a connu une explosion démographique : sa population a été multipliée par cinq depuis le début du XXe siècle. Le planning familial tente de limiter les naissances mais les prévisions pour 2050 place la population indienne au 1er rang mondial en devançant la Chine avec plus de 1,5 milliards d'habitants.
b. Des littoraux très peuplés, des villes qui attirent
Les densités de population sont fortes presque partout sauf dans les montagnes et dans le désert du thar (moins de 50 hab/km²). Elles sont très élevées dans la plaine du Gange (600 hab/km²) et dans les plaines littorales bien arrosées par la mousson. La population, encore majoritairement rurale (72% ) reste attachée aux traditions mais l’exode rural est important et favorise une urbanisation rapide. L’Inde compte 25 villes de plus d’un millions d’habitants, dont Bombay, New Dehli, Calcutta, Bangalore-Madras.
c. Nourrir un milliard d’hommes
La mousson a permis la mise en place d’une culture du riz aux rendements très élevés permettant de nourrir beaucoup d’hommes. Mais c’est grâce à la « Révolution verte » que l’Inde a acquis son autosuffisance alimentaire. Au Pendjab, les rendements agricoles du riz et du blé ont triplé dans les années 1980.
2. Un pays en développement
a. Un grand pays industriel tourné vers l’extérieur
L’Inde a développé des secteurs très variés comme la sidérurgie, l’industrie textile et plus récemment des industries de pointe. Depuis 1991, l’Etat cherche à attirer les entreprises étrangères sur son territoire. Le secteur de la haute technologie connaît un essor fulgurant (informatique, biotechnologie, recherche). Les grandes firmes étrangères viennent s’installer en Inde car les salaires sont plus bas, les ouvriers parlent anglais et le personnel est qualifié. Les quatre grandes régions industrielles sont réparties autour des grandes agglomérations : Bombay, New Dehli, Calcutta, Bangalore-Madras. La région de Bangalore a vu naître le parc technologique « Electronic city » qui regroupe 75 sociétés informatiques, étrangères comme Texas Instrument ou IBM, mais aussi indiennes. Celles-ci emploient des dizaines de milliers de personnes.

© CREATAS/Jupiterimages
Doc.  Hommes et femmes d'affaires en Inde
b. Un développement qui crée des inégalités
Dans les villes, cette croissance économique profite surtout à une classe moyenne dont le niveau de vie augmente et qui consomme de nouveaux biens (téléviseurs, automobiles…). Mais un tiers de la population indienne vit en dessous du seuil de pauvreté soit 325 millions de personnes. Les métiers peu qualifiés et souvent pénibles sont réservés à la caste inférieure, « les intouchables ». Dans les campagnes, la « Révolution verte » a surtout profité aux paysans les plus aisés et les plus instruits. Un tiers des paysans vivent sans terres et la malnutrition touche encore un tiers des enfants de moins de 5 ans. De plus, l’intensification agricole appauvrit les sols, fait baisser les nappes d’eau et les pollue, c’est le cas au Pendjab.
3. Des contrastes de développement
a. Des contrastes urbains
Bombay (18 millions d’habitants), Calcutta (13 millions) ou New Dehli (11,5 millions) présentent des quartiers très modernes (hauts immeubles, centre des Affaires, voies express) entourés par des bidonvilles. Bombay, la plus riche des villes indiennes a le plus grand bidonville d’Asie : Dharavi. Elle loge six millions de personnes dans des « slums », c’est la ville où le prix des terrains est le plus élevé, obligeant même des gens ayant des revenus corrects à vivre dans ces quartiers sans eau, sans sanitaires, sans voiries. A Calcutta, la ville a le projet de fermer les canalisations publiques défectueuses, ces fontaines publiques sont pourtant le seul accès à l’eau pour 1,2 millions d’habitants pauvres.
b. Des contrastes ville/ campagne
Dans l’état du Karnataka, où la population rurale vit en dessous du seuil de pauvreté, la croissance économique de la capitale Bangalore est extraordinaire : c’est une ruche humaine de jeunes diplômés fréquentant les universités ou travaillant dans les multinationales de l’informatique, en contact avec le reste du monde.
c. Des contrastes régionaux
Les régions dynamiques sont les littoraux et une partie de la vallée du Gange. On y trouve les principales concentrations de population, des grandes villes, anciens comptoirs coloniaux, comme Bombay, Calcutta, Madras et des industries puissantes. Ces régions, qui ont bénéficié de « la Révolution verte », ont renforcé leur dynamisme avec l’arrivée des investisseurs étrangers. Les régions en retrait : le centre de l’Inde est en situation de transition, il dispose de peu de métropoles importantes, les densités rurales y sont moins fortes. Certains espaces profitent de la proximité d’espaces plus développés (par exemple la région d’Uttar Pradesh proche de New Delhi). Les régions montagneuses (Himalaya), désertiques (désert du Thar) ainsi que les Etats du Bihar et de l’Orissa, accumulent les retards. On peut parler de périphéries délaissées.
L’essentiel

Géant démographique, l'Inde s’ouvre économiquement au monde. L'industrie se développe fortement et des multinationales viennent s'y implanter, tandis que le secteur de la haute technologie cherche à attirer des investisseurs étrangers. La recherche permet en outre le développement de l'agriculture.

Cependant, ce développement rapide entraîne de profondes inégalités, au sein des villes tout d'abord, où les quartiers modernes cotoient les bidonvilles, entre la ville et la campagne et entre les régions : dans certains états la majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Le développement fulgurant de l'Inde ne profite qu'à une partie de la population.

Comment as-tu trouvé ce cours ?

Évalue ce cours !

 

Découvrez
Maxicours

Des profs en ligne

Géographie

Des profs en ligne

  • 6j/7 de 17h à 20h
  • Par chat, audio, vidéo
  • Sur les 10 matières principales

Des ressources riches

  • Fiches, vidéos de cours
  • Exercices & corrigés
  • Modules de révisions Bac et Brevet

Des outils ludiques

  • Coach virtuel
  • Quiz interactifs
  • Planning de révision

Des tableaux de bord

  • Suivi de la progression
  • Score d’assiduité
  • Une interface Parents