Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Exercices et Cours de Mathématiques, Français, Anglais...

Première visite
Je m'abonne !




  Philosophie  

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Philosophie. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Philosophie, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Philosophie / Terminale ES
Socrate  
  • 1. La vie de Socrate et les grands...
    • a. Un citoyen athénien issu...
    • b. L'orientation intellectuelle de...
    • c. Un maître...
  • 2. Un esprit libre posant l'existence...
    • a. Un "psychologue" et un...
    • b. Le "démon" de...
    • c. La recherche de l'Absolu et...
  • 3. La mort de Socrate :...
    • a. Les motifs de l'accusation et de...
    • b. Le sage métaphysicien ne...
    • c. Socrate et le respect des lois de...


Le philosophe Hegel, dans le chapitre II de ses Leçons sur l’histoire de la philosophie, déclare que Socrate fut le fondateur de la morale : non pas parce qu’il conseilla aux hommes d’accomplir les devoirs prescrits par leurs ancêtres mais parce qu’il incita chaque homme en particulier à cultiver son intériorité et prendre conscience, grâce à sa réflexion personnelle, des valeurs universelles fondant l’existence.
Socrate
, maître spirituel du philosophe Platon, est un moraliste épris d’absolu.
 

1. La vie de Socrate et les grands axes de sa démarche
a. Un citoyen athénien issu d'un milieu modeste

Socrate naquit à Athènes en 470 avant J.-C., à la fin des guerres Médiques, par lesquelles les grecs mirent fin à l’hégémonie des Perses (on dit aussi des Mèdes) en Méditerranée.
Socrate n’est pas issu d’un milieu aristocratique. Sa mère, Phénarète, était sage-femme ; son père, Sophonisque, était sculpteur. Les documents historiques donnent peu de détails sur les circonstances exactes de son éducation.
Il est probable qu’il reçut l’éducation que recevaient les jeunes athéniens de son temps : il dut apprendre la musique, la gymnastique, la grammatique (c’est-à-dire l’étude de la langue appuyée sur des textes commentés).
Selon certaines sources, Socrate aurait d’abord exercé le métier de son père ; il aurait sculpté le groupe des Grâce vêtues qui se trouvaient devant le temple de l’Acropole à Athènes.
Le philosophe Platon et l’historien Xénophon témoignent l’un et l’autre, dans des écrits qui sont parvenus jusqu’à nous, que Socrate était pauvre et menait une existence très simple.
Il avait toutefois fondé une famille : de sa femme Xanthippe il avait eu trois fils. On connaît très peu de choses de la vie familiale de Socrate si ce n'est que Xanthippe aurait été une femme possessive et plaintive, que son époux aurait supportée avec patience.
 

b. L'orientation intellectuelle de Socrate : l'opposition aux sophistes et la recherche d'un principe immatériel

D’autres sources prétendent que Socrate fut un élève des sophistes, entre autres d’Hippias et de Prodicos, et que lui-même fut un sophiste ; mais cette affirmation est très contestable. Socrate ne cesse de mettre en cause les sophistes : il s’oppose notamment à Protagoras, célèbre sophiste de l’époque.
Platon témoignera en ce sens. Socrate conteste la formation intellectuelle préconisée par les sophistes : axée sur l’apprentissage de la rhétorique (l’art de construire des discours) cette formation met au premier la puissance d’une raison humaine détachée de toute valeur absolue, préoccupée de s’inscrire dans les rapports de séduction typiques des débats politiques.
Socrate met en cause l’ambition politique fondée sur l’intérêt et met au premier plan la parole soucieuse de vérité et la réflexion sur l’action morale.
D’autres sources encore affirment que Socrate avait suivi les leçons des savants et philosophes de son temps, et qu’il appréciait les doctrines posant à l’origine du monde naturel un principe non matériel : ainsi il ne s’accordait pas avec la doctrine de Thalès qui plaçait l’eau, élément matériel, à l’origine du monde. Il optait pour un principe immatériel, de nature spirituelle, à la manière d’ Anaxagore, philosophe dont il avait suivi l’enseignement : l’Esprit serait cause première de la matière.
Cette orientation non matérialiste persistera chez son élève Platon et constituera une des caractéristiques de l’orientation métaphysique (voir le paragraphe II a).
 

c. Un maître privilégiant la parole et la méthode "maïeutique"

Socrate inaugure un certain type d’enseignement. Il ne dispense pas, dans une école attitrée, des cours à dates et heures fixes, il ne demande aucune somme d’argent en échange de ses leçons, mais, au cours de ses promenades, il va à la rencontre de ses concitoyens, il prend contact avec eux dans des lieux de vie comme l‘«agora» (la place publique, centre de la cité) : il parle avec eux, les questionne, instaure avec eux des discussions.
Par le biais de ces échanges parlés il incite ses interlocuteurs à réfléchir sur le sens de leur existence, tant privée que publique, en mettant au premier plan l’activité de l’âme et le souci de la conduite droite et juste : la quête des valeurs morales est essentielle :
«Ma seule affaire, c’est en effet d’aller par les rues pour vous persuader, jeunes et vieux, de ne vous préoccuper ni de votre corps, ni de votre fortune aussi passionnément que de votre âme, pour la rendre aussi bonne que possible» : ainsi Platon nous rapporte, par la bouche de Socrate lui-même, les caractéristiques de sa démarche, dans L’Apologie de Socrate (ouvrage consacré au procès de Socrate).


Socrate, lorsqu’il parle de son activité de philosophe, se réfère à sa mère Phénarète, qui était sage-femme ; il explique que son métier est similaire,

...
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour la voir en intégralité !