Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Cassavetes  
  • 1. Indépendance et liberté
  • 2. Le style

Objectif  : Mettre en évidence la spécificité du travail de John Cassavetes, présenter les projets qui ont encouragé sa vocation de cinéaste et mesurer toute l'importance du montage dans la réalisation de ces mêmes projets.

Etudiant à la très prestigieuse American Academy of Dramatic Arts de New York, John Cassavetes a commencé sa carrière artistique au théâtre, comme acteur, à une époque très marquée par la méthode de l'Actor's studio (méthode préconisée par Elia Kazan qui exige de l'acteur une totale identification à son personnage et dont Marlon Brando reste aujourd'hui la figure emblématique).
Mais il a très vite pris ses distances par rapport à cette technique, misant davantage sur l'invention personnelle, sur la spontanéité du jeu que sur l'imitation proprement dite. Il crée ainsi le Workshop, son propre atelier en 1956...

C'est aussi comme acteur qu'il intègre le milieu du cinéma, jouant notamment sous la direction de Don Siegel (Face au crime, 1956) et de Martin Ritt (L'Homme qui tua la peur, 1956). Il interprètera d'ailleurs toutes sortes de rôles très différents tout au long de sa carrière, non seulement dans certains de ses propres films (Husbands en 1970, Minnie and Moscowitz en 1971, Opening Night en 1978 et Love Streams en 1984), mais aussi pour d'autres cinéastes parmi lesquels Robert Aldrich (Les Douze salopards, 1967), Roman Polanski (Rosemary's baby, 1968) et Brian de Palma (Fury en 1978).
Cela lui permettra souvent de gagner de l'argent pour le réinvestir dans ses propres films et jouir ainsi d'une indépendance à laquelle il tient beaucoup.

1. Indépendance et liberté
Son premier film, Shadows, jouit en effet d'une liberté tout à fait exceptionnelle, ce qui lui vaut d'être remarqué par les cinéastes de la scène indépendante new-yorkaise, et notamment par Jonas Mekas.
Mais la première version du film, celle de 1958, est rapidement revue par Cassavetes, elle perd alors une part de sa dimension expérimentale, ce que le chef de file de l'Underground n'accepte pas. Il pense que Cassavetes a cédé aux pressions de ses producteurs et qu'il a remonté son film, en 1959, pour lui donner finalement un destin plus conventionnel, plus commercial. En réalité, Cassavetes avait ...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte