Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Marker  
  • 1. L’auteur, le monde ; le masque,...
  • 2. Montages

Objectif : présenter brièvement Chris. Marker, définir sa position par rapport à l’ensemble de la création cinématographique et envisager son œuvre par l’intermédiaire de sa pratique du montage. Proposer ainsi une première approche de la nature mais aussi du fonctionnement de son Imaginaire.

Chris. Marker est un artiste très complet. Ses œuvres qui jalonnent toute la seconde moitié du XXe siècle sont en effet extrêmement variées, même si elles partagent évidemment de nombreuses orientations communes. Toutes réservent notamment à l’image une place absolument fondamentale. Qu’elle soit mentale, numérique, poétique, photographique, électronique, peu importe, l’image occupe toujours le cœur des travaux de Chris. Marker, ses créations littéraires (son roman Le cœur net en 1949, ses essais parmi lesquels Giraudoux, par lui-même en 1952), cinématographiques (de Olympia 52 en 1952 à Level five en 1996), ses films vidéo (notamment L’Héritage de la chouette en 1989), ses photographies (publiées dans ses livres), ses installations (dont Zapping zone en 1985-1994 et Silent movie en 1994-1995), etc.

Son CD-Rom, Immemory (1998), qui reprend et rassemble un grand nombre d’anciens documents s’impose de ce point de vue comme une véritable somme iconographique et littéraire, un mélange très subtil d’images et de mots (le texte -commentaires, écrits, témoignages- accompagne l’image markérienne au moins autant que l’image habite le texte) mis à notre disposition. L’usager, en cliquant sur tel ou tel signe, s’ouvre un chemin qui lui propose toujours plusieurs bifurcations, il peut alors s’arrêter sur une photo, sur un texte, poursuivre ailleurs, à son rythme et à sa guise. Devant Immemory, mais aussi devant l’ensemble des créations de Chris. Marker, le spectateur devient voyageur.

1. L’auteur, le monde ; le masque, l’image

Une part importante de la vie de Chris. Marker a été consacrée aux voyages ; les voyages, en retour, ont très largement contribué à la création de ses œuvres. Ainsi, la Chine lui inspire-t-elle Dimanche à Pékin (1956), la Sibérie orientale, la Iakoutie, Lettre de Sibérie (1958) et le Japon, entre autres, Sans soleil (1982). Ces films ont une dimension documentaire incontestable, tout comme d’autres tels que Le Joli mai (1962) qui privilégient davantage le témoignage et qui ont forcé, dans l’esprit de quelques uns, un rapprochement entre Marker et les membres actifs du cinéma-vérité. Marker a pourtant toujours refusé un tel rapprochement,

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte