Latin

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Latin. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Latin, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Latin / 2de
Tite-Live et son œuvre  
  • 1. La vie, l’homme
    • a. Origines
    • b. Etudes et influences
    • c. L’homme de cour et de lettres
  • 2. L’œuvre
    • a. La composition
    • b. Les sources
    • c. La langue et le style de Tite-Live
  • 3. Le sens et la postérité
    • a. Une œuvre politique
    • b. La valeur scientifique
    • c. La postérité

Objectif : Découvrir un auteur majeur dans la littérature latine et connaître l’histoire antique.
1. La vie, l’homme
a. Origines

La vie de Tite-Live n’est pas très bien connue. Il est né vers 59 avant Jésus-Christ à Padoue et mort en 17 après Jésus-Christ. Il est issu d’une famille patricienne (c’est-à-dire noble).

b. Etudes et influences
Il fréquente les écoles de rhétorique pour sa formation intellectuelle. Il voue une admiration particulière à Démosthène (le plus grand orateur grec, au IVe siècle av. J.-C.) et à Cicéron.

c. L’homme de cour et de lettres
Il s’installe à Rome à l’âge adulte. Malgré ses sympathies pour le régime républicain, il devient un intime de l’empereur Auguste.
Il est même le précepteur de Claude (empereur de 41 à 54).
Il peut, n’exerçant aucune charge publique, se consacrer entièrement à son œuvre : des dialogues philosophiques aujourd’hui perdus, mais surtout sa monumentale Histoire de Rome. Celle-ci commence à paraître en fascicules vers 29 avant J.-C. et lui apporte une renommée immédiate et jamais démentie.
2. L’œuvre
a. La composition
L’Histoire de Rome depuis sa fondation (Ab Urbe condita Libri) comptait à l’origine 142 livres qui racontaient l’histoire de Rome depuis sa fondation jusqu’à la mort de Drusus (9 avant J.-C.).

• Mais il ne reste de l’œuvre originale que les livres I-IX, XXI-XLV et un fragment du livre XCI. Les pertes remontent au Moyen Age, mais le reste est connu par des résumés (periochae) ou des citations.

b. Les sources
• Les annales (= les archives) que consignaient les magistrats ou les pontifes depuis environ 300 av. J.-C. Mais les informations que contenaient ces tablettes étaient minimales et surtout d’ordre officiel. 

• Quelques historiens et annalistes antérieurs : Fabius Pictor, Valerius Antias (IIe siècle). 

Polybe (vers 200-118) : historien grec de l’essor de l’Empire romain.

Posidonius (vers 135-50), historien grec, César et ses ouvrages sur La Guerre civile et La Guerre des Gaules, les Mémoires d’
...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte