Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Erotisme, pornographie  
  • 1. Films pornographiques, films...
  • 2. Erotisme, pornographie (dans...

Objectif : Interroger certains aspects de l'érotisme au cinéma, l'envisager par opposition au genre pornographique et mesurer l'importance du montage dans l'établissement de chacune de ces catégories.

Les films érotiques et pornographiques partagent évidemment de nombreux enjeux. Ils entretiennent un lien étroit avec la sexualité, avec le désir, celui des personnages qui sont mis en scène, mais aussi celui de leurs spectateurs (en ce sens, ils se veulent stimulants). ils empruntent des circuits de production et de diffusion relativement marginaux par rapport à l'ensemble de la production cinématographique (d'abord des salles spécialisées, puis la télévision, la vidéo, Internet, presque exclusivement). Ils sont particulièrement visés par la censure et autres commissions de contrôle qui les réservent à un public bien précis en raison de la crudité de certaines séquences (des adultes de plus de 16 ou de 18 ans).

1. Films pornographiques, films érotiques
Les films pornographiques présentent des actes sexuels non simulés et explicites, obéissant en outre à la logique de la plus grande visibilité. Ce qui implique déjà le refus de toutes les positions plus « secrètes » (celles qui obligent en tous cas à une certaine dissimulation, notamment celle des organes) qui ne répondent pas à ces impératifs : ces scènes peuvent être évacuées dès le tournage, lors de la mise en scène, mais aussi à l'occasion du montage... Les séquences strictement pornographiques reviennent très régulièrement, elles donnent à tous ces films leur principale structure dramatique, défaillante puisqu'elle n'est que répétition.

Les histoires ne sont qu'un prétexte, la liaison narrative est trop pauvre pour servir de matrice dramatique, événementielle, aux séquences explicites. Les scènes pornographiques ne viennent pas ponctuer, en marquant ainsi ses temps les plus intenses, un récit qui les rassemblerait, les justifierait, c'est au contraire ce récit, secondaire, qui tente de donner un semblant de cohérence à l'ensemble en suturant chacune de ces scènes entre elles.

Celles-ci observent toujours le même modèle de montage : des plans larges pour commencer qui laissent place ensuite à des plans rapprochés, puis à des gros plans quand l'action se précise (alternance de gros plans des organes sexuels et des visages censés témoigner du

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte