Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
De L'Atalante au Chaland qui passe  
  • 1. De Jean Guinée à Jean Vigo
  • 2. De L’Atalante au Chaland qui passe
  • 3. A la recherche du film perdu

Objectif : rendre compte des modifications qui ont affecté le dernier film de Jean Vigo et qui ont été à l’origine de chacune de ses différentes versions de 1934 à 2001. Préciser les motivations qui ont présidé à de telles décisions.
1. De Jean Guinée à Jean Vigo

Malgré le terrible échec commercial de Zéro de conduite, interdit par la censure, Jacques Louis-Nounez n’abandonne pas Vigo. La Gaumont-Franco-Film-Aubert accepte aussi de soutenir un nouveau projet si celui-ci offre des garanties commerciales suffisantes. On décide donc d’imposer un sujet précis au cinéaste afin de limiter ses précédentes audaces formelles et politiques.

C’est un scénario de Jean Guinée qui est retenu, un scénario tout à fait conventionnel que le cinéaste refuse dans un premier temps. Le texte, appelé L’Atalante, raconte l’ennui d’une fille de campagne sur le bateau du marinier qu’elle vient d’épouser. Celle-ci cède aux tentations d’une ville séductrice et quitte la péniche avant d’être retrouvée, repentie, en train de prier dans une petite chapelle, par le second du marinier qui la ramène sur le bateau… Finalement Vigo accepte le projet parce qu’une telle opportunité ne se refuse pas en des temps aussi difficiles mais aussi parce qu’il pense pouvoir imposer son propre style dans cette création.

Par ailleurs, parmi les contraintes qui lui sont imposées, certaines lui donnent pleine satisfaction. Ainsi, s’il n’a pas décidé lui-même de faire jouer Michel Simon et Dita Parlo, ce choix de la production (choix opéré d’abord pour des raisons commerciales) ne l’a pas gêné, il a même su tirer profit des caractéristiques de ces acteurs (et notamment de la mauvaise élocution de Simon qui a donné davantage d’épaisseur au père Jules bourru qu’il incarne).

Vigo n’hésite pas à prendre ses distances avec le scénario original, mais il le fait de façon subtile pour ne pas inquiéter les producteurs. Il supprime les scènes inacceptables de son point de vue (la scène de Juliette retrouvée en train de prier, à la moralité trop évidente), il modifie certains dialogues (il remplace le laïus tout à fait banal du camelot de Guinée par une chanson pleine de séduction insolente), il tourne des séquences écrites en les enveloppant d’une atmosphère si étrange qu’elles prennent une dimension complètement différente de celle qui était prévue (Vigo a ainsi donné à la scène de la séparation du couple et du cortège qui inaugure le film une aura très étonnante en abandonnant les clichés du texte, en creusant une distance surprenante entre les mariés et des proches peu concernés, immobiles et incroyablement silencieux au moment du départ). Vigo réalise ainsi son Atalante, avec beaucoup de malice et d’intelligence…

2. De L’Atalante au Chaland qui passe

Le tournage de L’Atalante est perturbé par l’état de santé de Vigo. Kaufman tourne les derniers plans aériens et Chavance se charge du montage final en l’absence du réalisateur (parti pour la haute-montagne) qui avait néanmoins déjà supervisé un pré-montage et laissé de nombreuses consignes à son monteur. Vigo approuve

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte