Cinéma

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Jean Vigo : éléments biographiques  
  • 1. De la naissance de Vigo à la mort...
  • 2. De la mort du père au départ pour...
  • 3. De l’arrivée à Nice à la mort de...

Objectif : évoquer quelques-uns des événements les plus importants de la vie de Jean Vigo tout en essayant par la même occasion de collecter un certain nombre de renseignements capables de rendre compte, plus ou moins directement, de l’orientation de l’œuvre du cinéaste.
1. De la naissance de Vigo à la mort du père (1905-1917)

Jean Vigo est né à Paris le 26 avril 1905 dans un quartier populaire du XVIIIe arrondissement, de parents connus comme militants anarchistes. Son père, Eugène Bonaventure Vigo, habité par un sentiment de révolte qui ne s’est jamais tari, a été à l’origine d’actions diverses, toutes ayant pour but de conduire le peuple sur la voie de l’insoumission.

Il a ainsi participé à l’appel à la désertion lancé par l’Action internationale Antimilitariste et par Les Jeunes Gardes au moment de la conscription militaire, il a apporté son soutien aux viticulteurs du Languedoc en lutte et a même affronté l’Action Française (journal d’un mouvement politique monarchiste et antidémocratique représenté par Léon Daudet) comme le rappelle Luce Vigo, fille de Jean, dans son livre : Jean Vigo, une vie engagée dans le cinéma.

Il connut ainsi la prison à de nombreuses reprises, et c’est d’ailleurs à l’occasion de son premier séjour dans l’une d’entre elles (celle de la Petite Roquette en 1900) qu’il se rebaptise Miguel Almereyda, nom qui rappelle ses origines espagnoles et qui illustre parfaitement sa démarche anarchiste (puisqu’il se veut l’équivalent à peine masqué de l’expression « Y’a la merde »).

Après avoir adhéré à la SFIO en 1905 (section française de l’internationale ouvrière), Almereyda participe à la création d’un journal satirique en 1913, Le Bonnet rouge, qui lui coûtera la vie un peu plus tard… En effet, il sera accusé d’avoir recueilli des informations susceptibles de menacer la sécurité de l’Etat sans y être autorisé et d’être ainsi en intelligence avec l’ennemi. Pour cette raison, il est de nouveau arrêté le 6 août 1917, à l’occasion du procès du Bonnet rouge, puis incarcéré à la Santé. Il est rapidement transféré à Fresnes, et retrouvé mort dès le lendemain matin, le 14 août 1917, étranglé par un lacet.

La vie et la mort de Miguel Almereyda sont ainsi enveloppées d’un épais mystère que Jean Vigo essaiera de dissiper, à la fois pour réhabiliter la mémoire de son père (considéré comme un traître par la justice), mais aussi pour savoir qui il était vraiment.

2. De la mort du père au départ pour Nice (1917-1928)

De ce père Vigo conservera donc l’image d’un homme révolté et régulièrement soumis à la répression de l’univers carcéral. Après la mort de ce dernier, les relations entre Vigo et sa mère, Emily Cléro, seront assez lâches, particulièrement avant 1920 et après 1926 (où la rupture est définitivement

...
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte