La réussite scolaire pour tous !

Cours de SES Terminale ES - Epargne, investissement et croissance économique


Note par nos Maxinautes :  
Objectifs :
Acquis de la classe de première : équilibre emplois/ressources, allocation des ressources

Notions à retenir pour cette fiche : épargne, accumulation du capital, solde courant de la balance des paiements
1. Le rôle de l'épargne dans l'accumulation du capital et la croissance économique
a. L'épargne source d'investissement permettant l'accumulation du capital
La question des craintes d’une insuffisance d’épargne limitant le financement des investissements, ou d’un excès d’épargne limitant les débouchés en raison d’une insuffisance de la consommation, constitue une question déterminante dans l’analyse économique. En effet, l’arbitrage des ménages entre épargne et consommation n’est pas sans conséquence sur le niveau de l’investissement. L’épargne est traditionnellement à l’origine du processus d’accumulation du capital et détermine pour une part le niveau futur de la croissance économique.

L’opposition entre classiques et keynésiens est ici déterminante pour comprendre les enjeux autour de l’épargne. Pour les classiques dans le prolongement de la loi de Say, l’offre crée sa propre demande, il ne peut y avoir de crise de surproduction découlant d’une insuffisance de la demande. Par conséquent, si les marchés fonctionnent correctement, ils devraient conduire à un équilibre de l’offre et de la demande de capitaux sur le marché financier, et donc conduire à un équilibre entre épargne et investissement. L’épargne ne peut exister en surabondance pour les classiques, car la thésaurisation est impossible parce que l’épargne rencontre toujours l’investissement correspondant.
b. L'investissement dépend cependant des débouchés
Pour Keynes en revanche, les classiques confondent l’égalité comptable entre épargne et investissement et la relation de causalité entre les deux grandeurs. L’équilibre épargne-investissement est celui qui est constaté après coup (ex-post), mais il ne correspond pas forcément à une situation d’égalité entre l’épargne et l’investissement avant leur rencontre (ex-ante). En effet, le niveau des investissements ne dépend pas uniquement de la quantité d’épargne, et est déterminé par les débouchés anticipés pour la production. Les ménages peuvent désirer conserver leur épargne sous forme de liquidité (monnaie) plutôt que de la transformer en titres. La monnaie peut être désirée pour elle-même. Les motifs de spéculation peuvent prendre le pas sur les motifs de précaution et d’achats reportés.

Une situation d’excès d’offre généralisée peut résulter d’une insuffisance de la demande effective des ménages qui privilégient l’épargne de précaution face à un avenir incertain, voir même une épargne de spéculation. L’excès d’épargne est alors la manifestation d’une insuffisance de débouchés pour l’activité économique, et constitue par ailleurs une source de sous-emploi du facteur travail. La croissance économique peut être ainsi insuffisante.
2. Épargne et investissement en économie ouverte
a. L'insuffisance de l'épargne entraîne une dégradation des échanges extérieurs
Un processus de vieillissement démographique peut avoir tendance à générer un déficit extérieur de la balance courante. En effet, le vieillissement démographique provoque une diminution de la population active occupée, celle qui produit des richesses, alors que dans le même temps la part de la population qui consomme augmente. Pris globalement, les revenus domestiques sont insuffisants en raison de la diminution du nombre d’actifs occupés, alors que dans le même temps la consommation nationale augmente en proportion. Dans le cas où le système des retraites repose sur un principe de répartition entre générations, la diminution de la population active nécessite que les entrées de capitaux depuis le Reste du monde viennent compenser l’insuffisance d’épargne.

Un tel vieillissement pourra être compensé si le pays en question dispose de sources de richesses extérieures (avoirs) lui permettant de compenser le manque d’épargne intérieure. Dans le cas contraire, un pays en situation d’endettement vis-à-vis de l’extérieur ne pourra générer un déficit extérieur car les capitaux que le reste du monde pourra lui prêter seront insuffisants. Le prix de la dette extérieure, les taux d’intérêts acceptés par les prêteurs risquent d’augmenter fortement en raison de risques accrus de non remboursement. Par conséquent, un pays déjà largement endetté à l’extérieur et incapable de payer des taux d’intérêt élevé à ses débiteurs, devra réduire le pouvoir d’achat soit des actifs (réduction du salaire réel), soit des retraités (réduction pouvoir d’achat des retraites).
b. Le vieillissement démographique pèse sur la croissance future
Les pays européens en phase de vieillissement démographique sont ainsi très largement concernés par ce changement de scénario économique, et les risques portant sur leur future croissance économique sont importants. Sur cette question, l’Allemagne, l’Italie, et l’Espagne sont les pays qui seront touchés très rapidement par la dégradation de leurs échanges extérieurs en raison du vieillissement démographique. Cependant, l’Allemagne, grâce à ses excédents commerciaux, dispose d’avoirs extérieurs importants lui permettant de compenser la baisse progressive de son revenu domestique face au maintien ou l'augmentation de sa consommation intérieure.
Pour les pays ne disposant pas d’avoirs extérieurs permettant de générer des revenus compensant le manque d’épargne intérieur, comme la Grèce, l’Espagne, et le Portugal, ils doivent réduire rapidement le pouvoir d’achat des retraites par différentes mesures : allongement de la durée de cotisation et âge minimum de départ à la retraite plus tardif, désindexation des retraites par rapport à l’évolution des salaires, diminution des pensions versées, etc. Mais ces pays mettent aussi en œuvre une diminution conséquente des salaires réels afin de réduire la consommation.

Le vieillissement démographique pèse ainsi à plusieurs titres sur la croissance. Moins d’actifs producteurs de richesse conduit à une croissance moindre. Le déficit extérieur engendré par une diminution des ressources propres limite lui aussi la richesse produite par le pays. Une population vieillissante est moins innovante, et les débouchés anticipés par les producteurs sont limités aux besoins des personnes plus âgées. Les risques d’une croissance moindre et d’un déclin économique sont ainsi plus importants lors des phases de vieillissement démographique.
L'essentiel
L'épargne est traditionnellement considérée comme la source principale du financement des investissements. Une insuffisance d'épargne porte donc préjudice à la croissance économique. A priori, les crises de surproduction (insuffisance de débouchés) ne peuvent exister si l'offre crée sa propre demande (loi de Say). Cependant, dans certaines situations, l'insuffisance de l'investissement s'explique non pas par une insuffisance d'épargne, mais par une demande effective insuffisante (insuffisance de débouchés) qui n'incite pas les producteurs à investir. Par ailleurs, l'épargne peut être la manifestation d'une préférence des agents économiques pour la liquidité pour des motifs de précaution et/ou de spéculation.

En économie ouverte, une insuffisance de l'épargne conduit à aggraver le déficit extérieur. En effet, une insuffisance de la production de biens et de services conduit à importer davantage. Par ailleurs, cette insuffisance de l'épargne doit être compensée par le recours à des emprunts extérieurs qui augmentent la dette avec le reste du monde. Ce risque peut être atténué si le pays en question possède des avoirs extérieurs suffisants grâce à une balance commerciale excédentaire. Mais le plus souvent, face à l'endettement extérieur, les pays doivent opérer une réduction importante du pouvoir d'achat des ménages, et modifier leur système de retraite.
Synthèse visuelle
 

Epargne, investissement et croissance économique 3/5 basé sur 40 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > Terminale ES > Epargne, investissement et croissance économique
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > Terminale ES > Epargne, investissement et croissance économique
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte