La réussite scolaire pour tous !

Cours de Histoire-géographie Premières - La croissance économique et ses différentes phases depuis 1850


Note par nos Maxinautes :  
À partir de la seconde moitié du 19e siècle et durant le 20e siècle, le processus d'industrialisation se développe de manière régulière et massive. Il naît en Europe occidentale, pour gagner le continent américain, puis l'Asie et le Japon. Cette industrialisation constitue, dans le cadre d'économies de plus en plus libérales, le moteur de la croissance économique. Cependant, il s'agit d'une croissance irrégulière, ponctuée de phases de ralentissement de l'activité économique et de crises.
1. Les révolutions industrielles au coeur de la croissance
a. Les deux premières révolutions industrielles marquent le 19e siècle
• La première révolution industrielle naît dès la deuxième moitié du 18e siècle en Angleterre. De nouveaux systèmes de production reposant sur l'utilisation de la machine à vapeur et du charbon permettent d'augmenter rapidement les capacités de production. Celle-ci s'organise désormais dans le cadre de vastes usines qui s'installent à proximité des bassins énergétiques. La mécanisation de l'industrie permet une production massive dans les domaines porteurs du textile et de la métallurgie. La révolution des transports ferroviaires et maritimes contribuent à l'augmentation des échanges.

À partir du milieu du 19e siècle, l'industrialisation gagne la France, l'Allemagne puis le reste du continent européen, mais de manière inégale. Elle se diffuse en parallèle sur d'autres continents. En Amérique du Nord, les États-Unis connaissent à partir de la deuxième moitié du 19e siècle une industrialisation forte, en particulier au nord-est du pays.
L'expansion du territoire contribue à développer le réseau ferroviaire. Dès 1869, la liaison San-Francisco - New-York est achevée. En 1913, ce réseau représente le tiers du réseau mondial. Son développement dynamise l'économie du pays, favorise le processus d'urbanisation. La construction des rails, de la structure d'acier des buildings des villes, stimulent la production sidérurgique.

Doc. 1. La construction d'un chemin de fer lors de la révolution industrielle


L'ouverture économique du Japon sous l'ère Meiji (du nom de l'empereur Mutsuhito) entre 1863 et 1912 permet le développement de ces activités industrielles. Des grandes entreprises familiales, les Zaibatsus, sont le fer de lance de cette industrialisation du pays.

• La deuxième moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle offrent le cadre d'une deuxième révolution industrielle : l'essor de la sidérurgie se poursuit mais il est relayé par de nouvelles activités. La chimie lourde favorise la production du ciment, de colorants ou d'engrais. Les industries mécaniques connaissent à partir des années 1880 un réel essor. Il s'agit avant tout des constructions navales, de l'armement et surtout de l'industrie automobile qui alimente la croissance économique.

Cette deuxième révolution industrielle prend son essor grâce à de nouvelles sources d'énergies. Le pétrole, dans la deuxième moitié du 19e siècle, fait l'objet d'une exploitation et d'une utilisation industrielle. Il garantit l'essor du secteur des transports, mais permet également le développement, grâce aux produits dérivés, des industries textile et chimique.
C'est, en parallèle, le triomphe de l'électricité dont les applications se multiplient. En 1884, Lucien Gaulard met au point le premier transformateur électrique et crée la première centrale électrique hydraulique. Le transport de cette électricité permet le développement des espaces géographiquement éloignés. On s'affranchit désormais d'une obligation d'être à proximité des bassins énergétiques.
b. Un essor du capitalisme financier
L'industrialisation des économies implique des besoins financiers croissants. Il convient de construire de nouvelles usines, de moderniser les machines, d'employer des ouvriers... Le capital nécessaire est fourni par de riches bourgeois.
Très rapidement, dès la première révolution industrielle, les industriels font appel aux banques pour emprunter l'argent indispensable car les sociétés se développent. Le capital nécessaire devient considérable : se créent dès lors des sociétés par actions, ou sociétés anonymes. Le capital est divisé en actions qui sont cotées en bourse. Les bénéfices sont partagés entre les actionnaires, c'est le dividende. La valeur des actions est liée à la santé économique de l'entreprise.

L'économie de marché et le libre-échange permettent la concurrence entre les entreprises. Les plus fortes absorbent les plus petites, forment de grands groupes qui dominent un secteur de production donné : c'est la concentration horizontale. Certains groupes contrôlent une production de la matière première au produit fini : c'est la concentration verticale.
c. Une croissance qui se poursuit au 20e siècle
L'essor économique et industriel se poursuit au début du 20e siècle, en particulier grâce à de nouveaux systèmes de production. L'ingénieur américain Frederick Winslow Taylor met au point une organisation scientifique du travail (OST) en 1906. Le fonctionnement rationnel du travail à la chaîne, les normes de production, la vitesse chronométrée de la production permettent une standardisation de celle-ci : des produits identiques sortent ainsi en masse des ateliers.
On entre rapidement, surtout à partir des années 1950, dans une consommation de masse favorisée par l'élévation du niveau de vie. L'industrialisation des pays occidentaux s'accélère et s'achève dans les deux décennies suivant la Seconde Guerre mondiale.

Doc. 2. Ouvriers boucheurs et ficeleurs travaillant à la chaîne dans une maison productrice de bouteilles de champagne


La deuxième moitié du 20e siècle, en particulier à partir des années 1970, donne naissance à une troisième révolution industrielle. Il s'agit d'une révolution technologique, informatique qui favorise le développement de la robotique.
La croissance économique repose non plus sur la production industrielle mais plus sur la tertiarisation des activités. La révolution des moyens de communication facilite les délocalisations et les liens avec des entreprises de sous-traitance. Les grandes usines tendent à disparaître pour laisser place à de petite unités de production qui se spécialisent.
2. Une croissance sur le long terme, mais une croissance irrégulière
a. Des cycles de croissance et de crises
L'économiste français Clément Juglar est l'un des premiers en 1862 à remarquer la régularité de périodes d'expansion et de ralentissement ou de contraction de l'économie. Nikolai Kondratieff, économiste soviétique, reprend cette théorie des cycles. Dans les années 1920, il démontre que le capitalisme reprend son expansion après chaque crise et qu'il existe des cycles longs récurrents tous les 30 à 60 ans à l'intérieur desquels alternent une première phase de croissance et une seconde phase de dépression souvent accompagnée de crises ponctuelles et d'une augmentation du chômage.
b. Deux exemples d'évolutions différenciées : la crise des années 1930 et les Trente Glorieuses
Le jeudi 24 octobre 1929, le krach boursier de Wall Street plonge les États-Unis dans une crise financière. L'effondrement de la Bourse affecte la consommation et les investissements. La crise se diffuse à l'ensemble de l'économie du pays. La chute du commerce international, des échanges ainsi que le rapatriement des capitaux américains placés à l'étranger contribue à la mondialisation de cette crise.
Les années 1930 sont marquées par une dépression économique qui affecte les pays riches. Même si des politiques de relance sont organisées comme le New Deal aux États-Unis, la dépression dure globalement toute la décennie, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Cette dépression économique, par les faillites d'entreprises, les forts taux de chômage qui en découlent, explique en partie la montée du totalitarisme en Allemagne.

Doc. 3. À New-York, distribution de repas pour les chômeurs après le krach boursier de 1929


Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Trente Glorieuses (30 années de croissance continue et forte) vont au contraire marquer une phase d'expansion forte de l'économie, en Europe, au Japon, aux États-Unis. Les taux de croissance du PIB atteignent des valeurs records et sont compris entre 5 et 10 % par an selon les pays. Les trente années entre 1945 et 1975 sont des années de plein emploi, de forte consommation et d'élévation du niveau de vie.
L'essentiel
Le processus de révolution industrielle marque le début d'une phase longue de croissance économique qui s'accompagne d'un essor du capitalisme.
Cependant, si la croissance est régulière sur le long terme, des cycles de ralentissements ou de crises économiques apparaissent de manière ponctuelle, favorisant la fragilisation des sociétés.
La croissance économique et ses différentes phases depuis 1850 4/5 basé sur 460 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours d'Histoire-géographie > Premières > La croissance économique et ses différentes phases depuis 1850
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours d'Histoire-géographie > Premières > La croissance économique et ses différentes phases depuis 1850
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte