La réussite scolaire pour tous !
  • CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale
  • Tutorat

Cours de Histoire-géographie Terminales - La France : une puissance économique en déclin


Note par nos Maxinautes :  
Avec une superficie plutôt réduite (soit 674 843 km², ce qui la place au 47e rang mondial dans ce domaine) et un poids démographique assez faible (il y a plus de 65 millions de Français, soit 1% de la population mondiale seulement), la France demeure cependant l’une des premières puissances économiques de la planète.
La France est membre du G8 et du G20. En 2014, c'est d'ailleurs Christine Lagarde, une Française, qui est à la tête du FMI (Fonds monétaire international), une institution qui regroupe 188 États. Son rôle est d’assurer la stabilité du système monétaire international et la gestion des crises monétaires et financières.
1. La 5e puissance économique de la planète
a. Un rôle économique majeur depuis des siècles
La puissance économique de la France a des fondements anciens. Elle repose depuis des siècles sur l’agriculture. Sully, le ministre du roi Henri IV, affirmait au 17e siècle : « Labourage et pâturages sont les deux mamelles de la France ».

C’est sous le règne de Louis XIV (1643 à 1715) et sous l’influence de son conseiller et ministre Jean-Baptiste Colbert que la France développa son commerce maritime, principalement avec l’Inde pour les épices et les étoffes via les ports de Marseille et de Rouen. Ce fut la naissance des premières compagnies maritimes françaises. Colbert fit également créer les premières manufactures royales.
En 1860, la France était la deuxième puissance commerciale du monde derrière l’Angleterre.

La France est, au 19e siècle et au début du 20e siècle, l’un des fers de lance de la Révolution industrielle. Depuis, elle est un grand pays industriel qui possède une main-d’œuvre et un savoir-faire de qualité.
b. Une puissance économique mondiale aujourd'hui
Avec un PIB de 2 800 milliards de dollars (soit 4,5% du PIB mondial), la France se situe au 5e rang mondial, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne.

Des entreprises puissantes et présentes mondialement
La puissance économique d’un État provient de l’action de ses grandes entreprises qui vendent à l’étranger ou y investissent. Le rayonnement économique de la France vient en premier lieu de ses grandes FTN (banque, grande distribution, hydrocarbures, industrie de luxe, nucléaire, environnement, automobile, aéronautique…). On compte par exemple plus de 200 magasins de la marque Carrefour en Chine, 1 290 en Italie et 424 en Pologne. Sur les 500 plus grandes entreprises mondiales, 39 sont françaises. Et preuve que les grandes entreprises françaises sont bien intégrées dans le mouvement de la mondialisation et restent concurrentielles : elles réalisent 80% de leurs bénéfices à l’étranger.

Une puissance commerciale
L’économie française est une économie de plus en plus ouverte, qui occupe une place importante dans les échanges commerciaux internationaux. La France réalise 4% du commerce mondial. Elle est le 6e importateur et le 5e exportateur de la planète. Elle exporte en premier lieu des services, des produits agricoles, des TGV, des automobiles, des cosmétiques, des produits agro-alimentaires, des produits pharmaceutiques, et des hautes technologies.
Ses 10 premiers partenaires commerciaux sont, par ordre d’importance quantitative des échanges : l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suisse et la Russie. 60% de ces échanges se font avec l’Union européenne.

Le tourisme est un secteur porteur de l’activité économique de la France. En effet, depuis les années 1990, la France est la première destination touristique de la planète. Et depuis 1999, le tourisme représente le premier poste excédentaire de la balance commerciale de la France. La diversité de l’offre (patrimoine culturel et gastronomique, richesse de ses paysages, art de vivre, climat) fait qu’en 2012 elle a accueilli 83 millions de visiteurs. Ces visiteurs sont en premier lieu européens (8 étrangers sur 10 sont européens, allemands en tête, suivis des britanniques), mais on constate une nette hausse des visiteurs chinois, indiens, russes et brésiliens.
2. Une puissance en déclin
a. Un effondrement de ses IDE entrants
Une véritable puissance économique se fonde également sur les IDE (investissements directs à l’étranger) que le pays émet et reçoit.

La France a longtemps été un acteur de premier rang de l’investissement international. Aujourd’hui, de ce point de vue-là, elle se porte nettement moins bien qu’il y a quelques années.
On peut parler d’un déclin français.

En ce qui concerne les IDE entrants, voici quelques chiffres qui parlent d’eux-mêmes :
2006 : la France occupe la 4e position.
2011 : La France occupe la 11e position.
2012 : baisse de 35% des IDE entrants. La France occupe la 16e position. 266 sites industriels ferment leurs portes (soit 42% de plus qu’en 2011).
2013 : effondrement de 77% des IDE entrants alors qu’ils ont augmenté de 11% sur l’ensemble de la planète et de 37,7% dans l’Union européenne. La France ne figure plus au classement des 20 premiers pays recevant le plus d’IDE au monde. Le pays voit à nouveau fermer plus de 200 sites industriels.

Et les IDE sortants ?
En 2012, la France était le 11e investisseur d’IDE du monde. Le 3e parmi les pays de l’Union européenne, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni.
b. Une balance commerciale déficitaire
Une balance commerciale correspond à la différence entre ce que le pays gagne en vendant ses produits à l’étranger et ce qu’elle dépense en achetant.
La France est le 6e exportateur mondial de marchandises et le 4e exportateur de services. Ses points forts sont le matériel ferroviaire, l’équipement automobile, l’aéronautique, l’industrie du luxe, l’agro-alimentaire et les produits pharmaceutiques.
Cependant, ce classement positif à l’échelle de la planète en termes d’exportations françaises, ne doit pas faire oublier qu’elles ne suffisent pas à compenser ses importations massives (notamment en matière d’hydrocarbures). La balance commerciale de la France est déficitaire depuis 2007.
c. La menace des pays émergents
Pour le moment, la France parvient à conserver sa place de 5e puissance économique mondiale. Elle se place devant le Brésil, devenu 6e puissance économique en 2011. Il convient cependant de prendre note du poids croissant de l’Asie dans l’économie mondiale et de comprendre que ce poids s’alourdit régulièrement au détriment des pays occidentaux, et notamment de la France. Certains experts estiment que d’ici à 2016, la France sera détrônée par le Royaume-Uni et qu'en 2020 elle ne sera plus que la 9e puissance économique mondiale. La Russie et l’Inde, pays en émergence rapide, devraient s’être hissés, eux, aux 4e et 5e rangs mondiaux.
L'essentiel
Le PIB de la France la place parmi les grandes puissances économiques mondiales, au 5e rang exactement. Sa bonne santé économique se fonde en grande partie sur ses puissantes FTN (présentes dans le monde entier), sur les IDE qu’elle investit ou qu’elle reçoit sur son territoire, ainsi que sur ses flux commerciaux.

Cependant, depuis 2007, la balance commerciale française est déficitaire et le contexte d’accélération de la mondialisation fait émerger de nouvelles puissances concurrentes, contre lesquelles il devient difficile de rivaliser. Depuis quelques années, la France reçoit beaucoup moins d’IDE. De nombreux experts estiment qu’elle ne restera pas longtemps 5e puissance économique du monde et que d’ici peu le Royaume-Uni, l’Inde et la Russie devraient la dépasser.
La France : une puissance économique en déclin 4/5 basé sur 67 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours d'Histoire-géographie > Terminales > La France : une puissance économique en déclin
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours d'Histoire-géographie > Terminales > La France : une puissance économique en déclin
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte