La réussite scolaire pour tous !

Cours de SVT 3e - Prévenir et soigner les infections


Note par nos Maxinautes :  
Objectif
Différentes barrières naturelles permettent d'éviter la pénétration des micro-organismes, mais elles ne sont pas toujours suffisantes. Par manque d'attention ou par accident, les attitudes sexuelles risquées, la fatigue, le stress ou les blessures cutanées peuvent constituer autant de brèches dans les frontières naturelles.
Comment peut-on se protéger contre les risques de contamination et d'infection par les micro-organismes ?
1. Prévenir les infections
Pour renforcer ou remplacer les barrières naturelles de notre organisme, deux méthodes sont essentiellement utilisées.
a. L'antisepsie
L'antisepsie (du grec anti : contre et sépsis : putréfaction) correspond à l'ensemble des méthodes qui évitent l'infection en détruisant les micro-organismes à la surface ou à l'intérieur de l'organisme. Celles-ci permettent de traiter localement un risque d'infection, ce sont donc des méthodes curatives locales.

Exemples
Les principaux produits antiseptiques sont l'alcool, l'eau oxygénée, l'acide chlorhydrique dilué, etc. Ces produits sont appliqués sur la peau au niveau d'une plaie. En effet, lorsqu'il y une plaie, les barrières naturelles de l'organisme ne sont plus intactes à cet endroit et les risques d'infection sont alors très importants.

Remarque
Un désinfectant est un produit équivalent, mais il s'applique plutôt sur des objets lorsque l'on veut détruire tout micro-organisme.

b. L'asepsie
L'asepsie correspond à l'ensemble des méthodes préventives qui éliminent les micro-organismes d'un lieu donné ou évitent leur propagation. Ces méthodes permettent ainsi d'éviter la contamination et l'infection.

Exemples
• Le préservatif constitue une méthode fiable d'asepsie. En effet, il permet de remplacer et de renforcer une barrière naturelle de l'organisme. Le risque de contamination par un agent d'une IST, d'un partenaire à un autre, sera très fortement réduit.

• La stérilisation des salles et des instruments de chirurgie, préconisée par Louis Pasteur (1822-1895), scientifique français, a permis de sauver de nombreuses vies. Auparavant, de nombreux micro-organismes pathogènes étaient transmis par le corps médical lui-même, dans l'ignorance des modes de contamination.

2. Soigner les infections : les antibiotiques
C'est en 1928 que Alexander Fleming (1881-1955), scientifique écossais, a découvert par hasard les propriétés d'une moisissure en étudiant des cultures de bactéries appelées staphylocoques.

• Expérience de Fleming
Dans les boîtes de Pétri contenant certaines de ces cultures bactériennes, Fleming observa qu'une moisissure était apparue. Il remarqua alors un phénomène étrange : à proximité de la moisissure, les bactéries ne se développaient plus. Il réussit à identifier la moisissure comme étant un Pénicillium et prépara un extrait qu'il appela pénicilline. Il constata que la pénicilline était peu toxique, mais qu'elle détruisait les bactéries.

• Applications
Par la suite, on fabriqua des substances à partir d'autres moisissures détruisant des bactéries. L'ensemble de ces substances sont appelées antibiotiques (du grec anti : contre et biôtikos : qui concerne la vie). Plus d'une centaine de ces produits agit efficacement contre de nombreuses espèces bactériennes différentes.

Exemple 
Des antibiogrammes sont réalisés lorsque l'on recherche l'antibiotique détruisant une souche bactérienne donnée. On teste l'action de différents types d'antibiotiques sur des cultures bactériennes.

Lors d'une infection, notre organisme réagit grâce à son système immunitaire. Celui-ci peut être insuffisant pour lutter contre la multiplication et la prolifération des micro-organismes pathogènes. Par l'utilisation d'antibiotiques appropriés, on peut aider l'organisme à combattre l'infection.

Remarque
Depuis quelques années, on constate avec inquiétude que certaines souches bactériennes sont devenues résistantes à de nombreux antibiotiques. La découverte de nouveaux antibiotiques est donc nécessaire.
On peut aussi noter que l'utilisation des antibiotiques est sans effet sur les infections virales. C'est pour cela que le gouvernement avait lancé en 2001 une campagne de sensibilisation visant à informer la population sur les dangers d'une utilisation inappropriée des antibiotiques : "Les antibiotiques, c'est pas automatique" et éviter ainsi l'apparition de ces souches résistantes. Campagne qui a porté ses fruits puisque la prescription d'antibiotiques en France a diminué de 25% en 10 ans.

Exemples
Les antibiotiques seront complétement inefficaces contre la grippe qui est une maladie causée par un virus.
Par contre, les angines peuvent être d'origine virale ou bactérienne, c'est au médecin de diagnostiquer son origine. Il ne faut donc pas prendre d'antibiotiques sans prescription médicale car ils pourraient n'avoir aucun effet.


L'essentiel

Nous disposons de barrières naturelles contre les micro-organismes pathogènes. Celles-ci peuvent être renforcées par des mesures d'asepsie et d'antisepsie.
Lors d'une infection, l'organisme se défend par l'action de son système immunitaire. Celui-ci peut être renforcé par l'apport d'antibiotiques permettant de combattre la multiplication des micro-organismes.

Prévenir et soigner les infections 4/5 basé sur 196 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SVT > 3e > Prévenir et soigner les infections
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SVT > 3e > Prévenir et soigner les infections
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte