La réussite scolaire pour tous !

Cours de Français 4e - Améliorer son brouillon


Note par nos Maxinautes :  
Objectif :
Améliorer tout travail d'expression écrite du point de vue de l'orthographe, de la grammaire et du style en sachant bien organiser son brouillon.
1. Pourquoi apporter le plus grand soin possible à son brouillon ?
Avant de rédiger une expression écrite au propre, il faut d'abord écrire au brouillon pour différentes raisons :
- trouver des idées et les mettre en ordre ;
- rédiger des phrases puis en corriger l'orthographe (accord en genre et en nombre, orthographe courante), la grammaire (accorder le verbe avec son sujet, accorder les participes passés) et le style (vérifier que les phrases sont cohérentes, qu'il n'y a pas de répétition). C'est donc une étape essentielle et indispensable dont la qualité du travail dépend.
Pour que cette étape soit réussie, il faut travailler son brouillon de façon méthodique et organisée.
2. Bien choisir et bien utiliser son matériel
Sur un brouillon, on n'écrit pas le travail entièrement rédigé du premier coup. C'est pourquoi il doit être suffisamment clair, lisible et aéré pour que des corrections, des modifications, puissent être faites à tout moment :

• Pour avoir une vision d'ensemble de ce qui a été écrit, il faut prévoir un nombre suffisant de feuilles et n'écrire qu'au recto de celles-ci, en prenant soin de les numéroter en haut à droite ;

• Pour que la relecture et les corrections soient faciles à faire, il faut aérer le brouillon à l'aide de marges et d'espaces (sauter des lignes) ;

• Écrire en abrégé est possible mais le plus important est que cela reste lisible. Utiliser un crayon plutôt qu'un stylo évite les ratures et les surcharges gênantes.
3. Les opérations à effectuer pour un travail efficace
Travailler au brouillon, c'est relire, changer, modifier son travail jusqu'à ce qu'il soit satisfaisant. Faire les quatre opérations suivantes est indispensable :
a. Substituer
Il s'agit de remplacer les mots et les expressions imprécis, impropres, qui se répètent afin de nuancer et d'enrichir le texte :

- remplacer un mot générique par un mot précis.

Exemple :
une fleur → une tulipe.

- utiliser un mot qui correspond à l'époque de l'histoire racontée.

Exemple :
un conducteur → un cocher.

- varier les sujets des phrases, nulle obligation que le personnage soit toujours sujet.

Exemple :
Il avait un chapeau mou → un chapeau mou le coiffait.

- puiser dans la richesse des synonymes.

Exemple :
Le verbe dire peut être remplacé par un verbe de parole plus précis → s'écrier, remarquer, murmurer, gronder, ricaner, etc.

- faire appel aux périphrases pour éviter les répétitions et apporter des informations, des caractéristiques.

Exemple :
Edwige → La jeune fille rousse.
b. Ajouter
Il s'agit de compléter un mot pour donner des informations, caractériser un personnage, un objet, un paysage. On crée alors une périphrase qui permet d'éviter les répétitions et les lourdeurs de style. Il peut s'agir :

- d'un G.N. (l'homme → le vieil homme chétif au dos voûté)
Il permet de faire un portrait précis en quelques mots.

- d'une subordonnée (la prairie → la prairie où s'était tenue la fête)
Elle permet de donner des informations précises en une seule phrase.
c. Supprimer
Enlever tout ce qui est inutile (répétitions, longueurs...). Ne garder que ce qui se rapporte à l'intrigue et la fait avancer. Ne pas hésiter à créer du suspens, des ellipses.

Exemple : inutile de raconter en détail le trajet d'un personnage d'un endroit à un autre, il suffit de dire qu'il se rend à cet endroit puis de dire ce qui s'y passe, c'est ce dernier point qui est intéressant.
d. Déplacer
Il s'agit de faire ressortir une action, une idée. Cela peut se faire à deux niveaux :

- dans la phrase : déplacer un mot ou une proposition pour le mettre en relief.

Exemple :
Alice hurla lorsqu'elle le vit apparaître → Lorsqu'elle le vit apparaître, Alice hurla (met en relief la frayeur d'Alice).

- dans le texte : l'ordre des actions peut être modifié en ne les racontant pas les unes après les autres selon l'ordre chronologique. Cela permet de susciter l'intérêt du lecteur. Au lieu de terminer son récit par la chute d'un personnage, on peut le commencer par cette chute puis revenir en arrière pour raconter les raisons de cette chute.
4. La vérification finale
Lors de la dernière relecture, avant de copier au propre, il faut être particulièrement attentif à l'orthographe et au style. Pour ne rien oublier, il faut là encore être méthodique et observer les points suivants :

• la ponctuation : mettre des virgules pour marquer les pauses, un point à chaque fin de phrase, vérifier la ponctuation propre au dialogue ;

• les verbes : conjugaison correcte et bien accordés avec leur sujet ;

• l'orthographe lexicale : s'aider d'un dictionnaire, démarche obligatoire si le travail est fait à la maison ;

• les accords : en genre (féminin/masculin), en nombre (singulier/pluriel), ne pas oublier les participes passés.
L'essentiel
Un brouillon doit être réalisé de façon méthodique et organisée, condition indispensable à un travail de qualité.
S'assurer de disposer du matériel nécessaire : un nombre de feuilles suffisant, un crayon.
Relire régulièrement son travail et modifier ce qui ne va pas en s'aidant des quatre opérations suivantes : substituer, ajouter, supprimer, déplacer.
Vérifier la correction des phrases et de l'orthographe avant de recopier au propre.
Améliorer son brouillon 4/5 basé sur 99 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Français > 4e > Améliorer son brouillon
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte