La réussite scolaire pour tous !

Cours de SES 1re ES - Pourquoi acheter à d'autres ce que l'on pourrait faire soi-même ?


Note par nos Maxinautes :  
Cette question est au cœur de la problématique des échanges entre individus ou entre nations.
1. L'échange naît de la différence
a. La question de l'avantage
Au 18e siècle Adam Smith écrit que : « la maxime de tout chef de famille prudent et de ne jamais essayer de faire chez soi la chose qui lui coûtera moins cher à acheter qu’à faire, le tailleur ne cherche pas à faire ses souliers, ils les achète au cordonnier ; le cordonnier ne tâchera pas de faire ses habits, mais il aura recours au tailleur »

Ainsi la spécialisation de chaque individu dans un domaine où il excelle permettra une meilleure organisation sociale et une efficacité plus grande. C’est le principe de la division sociale du travail (chacun se spécialise dans une activité). Cela suppose donc que les individus (ou les nations) ont un avantage par rapport aux autres (avantage absolu), ainsi la France se spécialise dans le vin vu la qualité de son sol et son climat alors que la Côte d’Ivoire produit du cacao.
Mais qu’en est-il des individus ou des pays qui n’ont aucun avantage sur les autres ?

Cette question peut être résolue grâce à l’avantage comparatif. Chacun a intérêt à se spécialiser même s’il a un désavantage partout, il suffira de se concentrer sur l’activité où on excelle ou celle où le désavantage est le moins fort.
Ainsi si un footballeur très doué sait parfaitement remplir ses déclarations d’impôts, il vaudra mieux qu’il laisse faire cette activité à son conseiller financier et se concentre sur le football là où personne ne peut le remplacer.
Ainsi les pays les moins bien armés pour s’insérer dans le commerce mondial peuvent tout de même se spécialiser dans une activité et en tirer des bénéfices. Chacun aura donc un gain à l’échange.
b. L'échange favorise la division du travail et l'élargissement des marchés
L’échange est à la fois la cause et la conséquence de la division du travail et de l’élargissement des marchés. La division du travail va trouver son écho dans le domaine productif avec la division technique du travail qui consiste à diviser la production en tâches simples et répétitives. C’est l’exemple classique de la manufacture d’épingle (étudiée par Smith au 18e siècle). La décomposition de la fabrication d’une épingle en 18 tâches différentes fait passer la production par ouvrier de 20 épingles à 4800 par jour.
 
Doc. 1. Exemple de division technique du travail
 
Cette division du travail pousse les entreprises ou les nations à se spécialiser de plus en plus et donc à devenir dépendantes des autres pour l’approvisionnement en matières premières mais aussi pour les biens et services qu’elles ne produisent pas. Cela va donc amener une augmentation des échanges.

Les entreprises vont être tentées de trouver de nouveaux marchés et de nouveaux débouchés, en effet la production d’un seul bien nécessite des ventes importantes notamment pour faire des économies d’échelle. Ce mécanisme se déclenche lorsque la production nécessite des coûts fixes importants, il faut donc produire en grande quantité pour amortir ces coûts et rentabiliser la production.

Produire un avion de ligne comme le fait Airbus coûte des centaines de millions d’euros d’investissement, il est alors inutile d’espérer en vendre assez sur le seul marché européen pour rentabiliser les coûts. Cela explique qu’il n’y ait que deux compagnies qui fabriquent ces avions et se partagent le marché mondial (Airbus et Boeing). La division du travail pousse donc à l’élargissement des marchés pour trouver de nouveaux débouchés.
2. Les effets de l'échange et de la division du travail
a. Diversité des choix et baisse des prix
Pour les agents économiques, l’ouverture des marchés permet l’accès à des biens diversifiés (des nouveaux produits ou des matières premières pour les industriels) avec des gammes différentes (caractéristiques différentes, présentation, marques, qualité…). La France importe des voitures de marque différente (Volkswagen, Fiat…) et de caractéristiques différentes (les berlines allemandes sont plus recherchées que les françaises ou encore les véhicules à énergie hybride fabriqués par les japonais).

Les industriels peuvent aussi délocaliser leur production ou utiliser la sous-traitance pour faire baisser les prix. Ainsi le pouvoir d’achat dégagé par cette baisse des prix permet de dépenser le revenu ailleurs comme dans les services ce qui crée des emplois dans ce secteur.
De manière générale, l’augmentation de la concurrence venue de l’étranger permet la baisse des prix. On peut comparer les prix relatifs (exprimés en fonction du salaire minimum) d’un téléviseur dans les années 1980 (où il fallait près de deux mois de travail à un ouvrier pour s’en offrir un) au prix actuel où il faut environ quinze jours de travail à ce même ouvrier payé au salaire minimum.
b. Une meilleure compétitivité
Les entreprises soumises à une plus forte concurrence doivent faire preuve d’une meilleure compétitivité. Cette compétitivité marque la capacité d’une entreprise à être meilleure que ses concurrentes.

Elle peut s’exercer :
• Sur le prix : l’entreprise doit diminuer ses coûts de production pour vendre moins cher.
Hors-prix : elle se base sur la qualité, la différenciation du produit, les services associés ou encore l’image de marque.

Face à la concurrence les entreprises réduisent leurs coûts de production (en délocalisant, en baissant le coût du travail ou des matières premières) pour rester compétitives ou alors développent la qualité de leurs produits. Elles sont tentées aussi de se différencier en proposant des produits à forte image de marque (l’industrie du luxe ou les cosmétiques) ou d'innover (les téléphones tactiles chez Apple). Ces efforts permettent d’améliorer la croissance économique et de créer des emplois.
c. Une répartition des gains qui peut être inégale
Toutes les spécialisations ne se valent pas et même si la collectivité y trouve un gain, celui-ci peut s’avérer différent d’un individu ou d’un pays à l’autre.

Les métiers ont une image, un prestige différent dont il découle une rémunération et des avantages très variables. Ces différences sont justifiées alors par le caractère méritoire de telle ou telle position sociale (les meilleures places sont prises par ceux qui le méritent le plus en termes d’efforts).

Les spécialisations entre nations peuvent être aussi différentes, la spécialisation dans les technologies informatiques permettent de dégager plus de marges et ont un fort potentiel d’innovation par rapport à la spécialisation dans les produits agricoles (que faire avec du cacao à part des produits alimentaires voire cosmétiques ?).
L'essentiel
L’échange entre agents économiques ou entre nations dépend donc de la division du travail qui découle elle-même de l’avantage (absolu ou comparatif) que peuvent détenir ces agents économiques. Ces échanges sont d’autant plus développés que la division du travail ou la spécialisation est approfondie. Cela favorise donc l’ouverture des marchés notamment aujourd’hui vers l’international. Ces échanges permettent une meilleure croissance économique et des avantages à la fois pour les consommateurs et les entreprises. Néanmoins les gains à l’échange peuvent être sensiblement différents.
Synthèse visuelle
Pourquoi acheter à d'autres ce que l'on pourrait faire soi-même ? 4/5 basé sur 41 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > 1re ES > Pourquoi acheter à d'autres ce que l'on pourrait faire soi-même ?
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > 1re ES > Pourquoi acheter à d'autres ce que l'on pourrait faire soi-même ?
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte