La réussite scolaire pour tous !

Cours de Méthodologie Terminale ES - Reconnaître le genre de la question posée : l'analyse du groupe verbal


Note par nos Maxinautes :  
1. Les sujets de type définitionnel
Le simple auxiliaire être indique un sujet de type définitionnel, c'est-à-dire qui questionne la nature, l'essence (du latin esse : « être ») d'une chose ou d'un être et nous demande de le définir.
Exemple

« Qu'est-ce qu'une science ? »
Ce type de question peut être précisé par la proposition d'une caractéristique précise, ainsi : « La science est-elle utile ? », ou encore d'une alternative : « La vérité est-elle contraignante ou libératrice ? ».

2. Les questions concernant une obligation
Elles sont introduites par le verbe devoir, ou par la formule interrogative : « faut-il... ? »

On distinguera alors deux types de questionnement :

– l'obligation dont il est question ici est-elle absolue, inconditionnelle, donc d'ordre moral (« Tout homme doit-il être un objet de respect ? ») ;

– ou s'agit-il d'une obligation conditionnelle, hypothétique, pragmatique (« Doit-on apprendre à vivre ? » : on le doit si on veut être libre, par exemple, ou si on veut être heureux).

3. Les questions de possibilité et de droit : les deux sens du verbe « pouvoir »
Le verbe « pouvoir » est toujours susceptible de recevoir deux sens :

1) il implique, d'une part, l'idée de possibilité ;

Exemple

La question « peut-on se connaître soi-même ? » peut être reformulée ainsi : « est-il possible de se connaître soi-même ? » ; il s'agit d'une question de possibilité, ou de fait.

2) mais il peut aussi impliquer l'idée de droit.

Exemple

La question : « pouvons-nous faire tout ce que nous voulons ? » pourrait aussi bien s'énoncer : « avons-nous le droit de faire ce que nous voulons » ; il s'agit alors d'une question dite de droit.

Par conséquent, quand on rencontre le verbe « pouvoir » dans un sujet, il faut se souvenir qu'il est susceptible d'être entendu en deux sens – et savoir alors si le sujet implique l'un des deux sens seulement, et lequel, ou s'il implique à la fois ces deux sens.

Exemple

La question : « Peut-on tout dire ? » implique à la fois de se demander s'il est possible de tout dire et si l'on a le droit de tout dire.

4. Prêter attention aux négations ou adverbes éventuels
Par exemple, la question : « La liberté est-elle un pouvoir de refuser » n'est pas exactement identique à la question : « la liberté n'est-elle qu'un pouvoir de refuser », ou encore : « est-elle avant tout un pouvoir de refuser ? ».

De même on trouvera souvent, dans les questions définitionnelles, l'adverbe « nécessairement » : est « nécessaire » ce qui « ne peut pas ne pas être » ou ce qui « ne peut être autre qu'il n'est ». Ainsi quand on demande : « l'opinion a-t-elle nécessairement tort », cela signifie : l'opinion a-t-elle, par sa définition ou sa nature même, toujours tort ?

L'adverbe « toujours », l'adjectif « tous », « toutes », impliquent l'idée d'universalité et donc l'absence de toute exception : la question « toute violence est-elle arbitraire ? » implique donc de savoir si la violence en tant que telle est arbitraire, ou s'il existe au moins un cas de violence légitime.

Reconnaître le genre de la question posée : l'analyse du groupe verbal 5/5 basé sur 18 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Méthodologie > Terminale ES > Reconnaître le genre de la question posée : l'analyse du groupe verbal
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Méthodologie > Terminale ES > Reconnaître le genre de la question posée : l'analyse du groupe verbal
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte