La réussite scolaire pour tous !

Cours de Latin 3e - Les propositions subordonnées circonstancielles de cause, de conséquence et de but


Note par nos Maxinautes :  
Objectif : savoir retrouver la nuance d'une proposition de cause grâce au mode ; faire la différence entre une subordonnée de conséquence et une subordonnée de but.
1. Les propositions subordonnées compléments de cause
Le latin fait la distinction entre la cause réelle à l'indicatif et la cause déduite ou alléguée au subjonctif.
a. Les subordonnées à l'indicatif
Les conjonctions quod, quia, quoniam, suivies de l'indicatif, signifient « parce que ».

Ex. : Magna dis immortalibus habenda est (..) gratia, quod hanc tam taetram (...) pestem totiens jam effugimus. (Cicéron, In Catilinam, I)
Il faut avoir une grande reconnaissance pour les dieux immortels parce que nous avons échappé tant de fois à ce fléau si repoussant.

b. Les subordonnées au subjonctif
Les conjonctions cum et quod suivies du subjonctif signifient respectivement « puisque » et « sous prétexte que » quand elles expriment la cause.

Ex. : Quae cum ita sint, Catilina, perge quo coepisti. (Cicéron, In Catilinam, I, V)
Puisqu'il en est ainsi, Catilina, poursuis ce que tu as commencé.

2. Les propositions subordonnées compléments de conséquence
Les propositions subordonnées de conséquence sont toujours au subjonctif. Elles sont introduites par la conjonction ut (« de sorte que, que ») ou ut non (« de sorte que... ne pas, que... ne pas »).

Cette conjonction est le plus souvent annoncée dans la principale par un des corrélatifs suivants : ita, sic, adeo (« tellement, à tel point »), tantum devant un verbe (« tant »), tam devant un adjectif (« si, tellement »), talis, is, e (« ; tel »), tantus, a, um (« si grand »), tot (« si nombreux »).

Ex. : Tam prudens est hic homo ut decepi non possit.
Cet homme est si réfléchi qu'on ne peut le tromper.

Attention !
Il ne faut pas confondre les subordonnées de conséquence avec les subordonnées de comparaison qui sont à l'indicatif.

Le latin peut exprimer la conséquence après un adjectif au comparatif à l'aide de la locution quam ut et le subjonctif.

Ex. : Signa rigidiora quam ut imitentur veritatem. (Cicéron, Brutus, 70)
Des statues ayant trop de raideur pour reproduire la réalité.

3. Les propositions subordonnées compléments de but
Les subordonnées de but sont au subjonctif et sont introduites par les conjonctions ut (« pour que »), ne (« pour que... ne pas ») et quo (« pour que ») avec un comparatif.

Ex. : Quae fore suspicatus Labienus, ut omnes citra flumen eliceret (...) placide progrediebatur. (César, De Bello gallico, V, VIII, 2)
Labiénus qui avait prévu la chose, pour tous les attirer en deçà du fleuve, avançait lentement.

Omitto (...) ne quis (...) queratur. (Cicéron, De Republica, 1, 1)
Je laisse de côté pour éviter que quelqu'un ne se plaigne. 

L'essentiel

Les propositions subordonnées de cause sont à l'indicatif pour une cause réelle avec les conjonctions quod, quia, quoniam, au subjonctif pour une cause alléguée avec les conjonctions quod, cum.

Les propositions de conséquence sont toujours au subjonctif, souvent introduites par la conjonction ut annoncée dans la principale par un corrélatif (ita, sic...).

Les propositions de but sont, comme les consécutives, introduites par la conjonction ut suivie du subjonctif.

Les propositions subordonnées circonstancielles de cause, de conséquence et de but 3/5 basé sur 12 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Latin > 3e > Les propositions subordonnées circonstancielles de cause, de conséquence et de but
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Latin > 3e > Les propositions subordonnées circonstancielles de cause, de conséquence et de but
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte