• CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale

Philosophie

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Philosophie. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Philosophie, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Philosophie / Terminale S
Une pensée cohérente est-elle une pensée vraie ?  
  • 1. Qu'est ce qu'une pensée cohérente?
    • a. Sens du mot « cohérence »
    • b. Une pensée cohérente est celle qui...
    • c. Logique et syllogistique
  • 2. La cohérence : une condition...
    • a. La logique ne juge que de la forme...
    • b. ... et non de la vérité de son...
    • c. La cohérence : une condition...
  • 3. De la logique à la méthode
    • a. Nécessité d'un critère de vérité
    • b. Double insuffisance de la logique
    • c. Dépasser la logique au profit...

1. Qu'est ce qu'une pensée cohérente?
a. Sens du mot « cohérence »
On qualifie de « cohérents » une suite de pensées, ou encore un discours, pour autant qu'ils forment un tout logique ou rationnellement ordonné, par opposition par exemple à des paroles « incohérentes », sans ordre ou sans suite.

Plus précisément, la cohérence implique l'absence de contradiction, soit le respect d'un principe fondamental de la logique, qui est en effet, selon M. Pradines, « la fonction de cohérence dans la pensée, dans la parole et dans l'action ».

b. Une pensée cohérente est celle qui est conforme à la logique
La logique est une discipline qui a pour objet de déterminer les formes valides du discours et de la pensée.

Or les principes logiques fondamentaux sont les suivants :
– Selon le principe d'identité, tout être est identique à lui-même (A=A) ;
– Selon le principe de contradiction, comme le rappelle Aristote : « il est impossible, pour une même chose, d'être et de n'être pas en même temps », et « il est impossible que le même attribut appartienne et n'appartienne pas en même temps, au même sujet et sous le même rapport » (A ne peut être à la fois B, et non-B : Pierre ne peut être à la fois innocent et coupable) ;
– Selon le principe du tiers-exclu, un énoncé est soit vrai, soit faux, à l'exclusion de toute autre possibilité.

Sera donc « cohérente » une pensée qui demeure conforme aux règles logiques, et essentiellement à ces trois principes fondamentaux, en chacun de ses jugements et déductions.

c. Logique et syllogistique
La logique classique à partir d'Aristote étudie les formes valides du syllogisme, c'est-à-dire des raisonnements composés de trois propositions, une conclusion suivant nécessairement de deux prémisses initiales :

Tous les hommes sont mortels,
Socrate est un homme
Donc Socrate est mortel.

La syllogistique a pour but de distinguer les raisonnements valides (ce qui est le cas du précédent), de ceux qui sont non-valides, donc non cohérents : par exemple, déduire un énoncé particulier (« Socrate est mortel ») à partir d'un énoncé universel

...
Pour consulter la fiche en entier, inscris-toi gratuitement sur Cours.fr,
tu pourras accéder à toutes les fiches de cours dans toutes les matières.





Suivez-nous sur les réseaux sociaux !