Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Exercices et Cours de Mathématiques, Français, Anglais...

Première visite
Je m'abonne !




  Cinéma  

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Hitchcock, De Palma  
  • 1. Citations
  • 2. Montage et regards
    • a. La médiatisation du regard
    • b. Interprétation manipulée
  • 3. Suspense, Tension dramatique

Objectif  : Présenter quelques uns des nombreux liens, thématiques et formels, qui rapprochent le cinéma de Brian De Palma et celui d'Alfred Hitchcock. Donner une description du montage tel qu'il est pratiqué dans les films des deux cinéastes afin d'en déterminer la fonction.

Brian de Palma n'a jamais caché sa profonde admiration pour Alfred Hitchcock, il l'a toujours considéré comme un véritable modèle. Les critiques les plus malveillants qui ont voulu dénoncer son maniérisme sont ainsi passés à côté de l'essentiel : De Palma ne veut pas imiter Hitchcock, pas seulement, il veut surtout faire de l'œuvre du maître la base des ses propres créations. Si le cinéaste américain reprend des thèmes ou des images de son homologue anglais, c'est d'abord pour se les réapproprier, les manipuler comme nouvelle matière première et les décliner de façons différentes.

1. Citations
Les citations sont très nombreuses dans les films de De Palma, celles qui font référence à Hitchcock tout particulièrement.
Body Double reprend ainsi une partie de l'histoire de Fenêtre sur cour (un homme espionne ses voisins avec un appareil photo ou un télescope) et une autre de Sueurs froides (victime d'une manipulation, il retrouve finalement l'image de la fille désirable qui a disparu). Ce 2e thème est aussi repris en partie, ou plutôt décliné, dans Obsession (la mère réapparaît sous les traits de la fille), film dans lequel se rejoue par ailleurs une scène de Pas de printemps pour Marnie (chaque héroïne dénoue le traumatisme de son enfance dans un finale très spectaculaire).

Tous ces échos produisent ainsi un immense réseau dense et complexe entre les œuvres des deux cinéastes.

Ce réseau de signes est régulièrement alimenté par une image qui jouit d'un traitement particulier, une image inoubliable, une des plus intenses de toute l'histoire du cinéma répétée dans presque tous les films de Brian de Palma : l'assassinat de Marion Crane, sous la douche, par Norman Bates (Psychose).
La scène de la douche devient donc un véritable leitmotiv fondateur dans l'œuvre de De Palma. Elle est rejouée à chaque fois sur des modes très différents, grotesque et humoristique dans Phantom of the Paradise, fantasmatique et érotique dans Pulsions, dans Carrie, dans Blow out, etc.
La plupart du temps, cette scène mêle désir et danger, elle convoque donc les caractéristiques essentielles de sa manifestation hitchcockienne originelle : Norman observe par un petit trou qui lui donne une position de voyeur une femme nue, spectacle interdit (notamment par la mère abusive, substitut du Père, figure de la Loi) auquel il met fin par le meurtre.

La scène révèle des enjeux tout à fait décisifs chez Hitchcock et De Palma, elle pose la question du regard (des personnages et du spectateur) à partir d'un montage très précis.

2. Montage et regards
a. La médiatisation du regard
Le montage consiste à assembler des images, des plans, afin de les soumettre à un regard, celui du spectateur en premier lieu, qui permet alors d'actualiser certains effets (dramatiques ou de signification).

Chez Hitchcock et De Palma, ce regard est souvent médiatisé par celui d'un personnage qui le représente (en vertu du principe d'identification) et qui prend conscience d'une situation précise (elle-même saisie par le spectateur).

Cette

...
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour la voir en intégralité !