Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Exercices et Cours de Mathématiques, Français, Anglais...

Première visite
Je m'abonne !




  Cinéma  

Maxicours vous propose de decouvrir un extrait de quelques cours de Cinéma. Pour proposer un accompagnement scolaire de qualite en Cinéma, toutes nos ressources pédagogiques ont été conçues spécifiquement pour Internet par des enseignants de l'Education nationale en collaboration avec notre équipe éditoriale.

Cours / Cinéma / Terminale L
Le film noir  
  • 1. Architectures
  • 2. Articulations plus complexes
  • 3. Importance de la forme

Objectif : Mettre en évidence certaines fonctions du montage dans le film noir américain, plus particulièrement dans les œuvres qui utilisent de façon exemplaire les codes formels de ce genre.

Le film noir s'inspire directement de la littérature, du roman policier, très généralement, mais surtout du roman noir.

L'enquête occupe le centre du roman policier : il s'agit en effet, la plupart du temps, de remonter des effets aux causes ; des traces, des empreintes ou des indices aux événements qui en sont à l'origine pour éclairer une situation trouble. Le principe de déduction y est fondamental, le meurtre, incontournable, et Sir Arthur Conan Doyle en est probablement le plus célèbre des auteurs.

Dans le roman noir, l'histoire, toujours nourrie par le crime, acquiert une dimension réaliste essentielle. A travers elle, l'auteur propose une vision du monde (de la rue, de la prohibition, des bas-fonds) et de l'humanité (toujours ambiguë) obscure, voire pessimiste. Le film noir reprend quelques uns des aspects de la littérature dont il s'inspire : l'enquête, le meurtre, la fuite ou le « coup », bien souvent, lui donnent sa structure (comme fil conducteur) et lui permettent de se faire le reflet, assez désespéré, d'une certaine réalité. On s'intéressera surtout ici à la construction de ce type de films, et plus précisément à leur structure.

1. Architectures
Le film noir est très découpé. Il se présente en effet comme une succession de scènes très importantes pour l'avancée de l'intrigue, toutefois, cette succession repose, la plupart du temps, sur un enchaînement qui répond à la logique du récit (un indice trouvé dans une scène justifie la visite d'un lieu, l'interrogatoire d'un personnage, c'est-à-dire le déploiement d'une autre scène, immédiatement). Le film noir est donc à la fois fragmenté (entre chaque scène, il y a un découpage net) et lié (une liaison très efficace, logique, préside à l'enchaînement de ces scènes qui sont elles-mêmes largement homogènes, peu découpées).

Cette structure emprunte probablement sa forme aux œuvres littéraires dont les films s'inspirent (et dont ils sont parfois les adaptations) : des découpages en chapitres homogènes (unité d'espace et de temps) qui respectent par ailleurs la logique propre de l'histoire.
Une telle construction sert un projet bien précis : la diffusion d'une certaine quantité d'informations (soumises, dans chaque scène, à l'attention du spectateur et de personnages privilégiés tels que le détective privé) pendant une durée précise (celle de l'histoire racontée et surtout celle du film). L'ensemble donne à l'œuvre son rythme général, souvent rapide et intense.

C'est bien évidemment le montage qui réglemente la diffusion de ces informations selon une temporalité précise...

L'homogénéité de chaque scène est assurée par un montage limité (les plans sont longs) ou fondé sur le raccord parfait. Le saut d'une scène à l'autre est souvent exprimé par une ellipse, un

...
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour la voir en intégralité !