La réussite scolaire pour tous !

Cours de - L'orthodoxie : le christianisme grec


Note par nos Maxinautes :  
Quelles sont les caractéristiques du christianisme oriental ?
1. La religion byzantine : une religion chrétienne
a. Des croyances similaires à celles du christianisme latin
Les chrétiens d'Orient comme les chrétiens d'Occident croient en l'existence d'un seul Dieu dont le fils, le Christ, est venu sur Terre pour la rémission des péchés des hommes. Ce fils et ce Dieu ne constituent qu'un seul et même être avec le Saint-Esprit, il s'agit de la Trinité. Ils possèdent le même livre sacré que les autres chrétiens : la Bible. Cependant, ils vouent un culte tout particulier à la Vierge, la mère du Christ, Théotokos en grec (littéralement mère de Dieu), ce qui lui confère une part de sacré et de divin.
b. Les spécificités byzantines
Le pape dirige l'Eglise occidentale alors que c'est le patriarche de Constantinople, désigné par l'Empereur lui-même, qui est le chef de l'Eglise d'Orient.

Par ailleurs, le culte des saints tient une place prépondérante dans le christianisme grec. Le saint possède en effet un pouvoir d'intercession auprès de Dieu : il permet au fidèle d'accéder directement à Dieu. D'ailleurs, les moines qui vivent en communautés dans des monastères et qui obéissent à une règle stricte sont souvent considérés par les croyants comme des saints.
2. La rupture entre les deux Eglises
a. Des rites différents
De nombreux éléments distinguent la pratique religieuse des Grecs et des Latins. Ainsi, dans l'Eglise d'Orient, la messe, qui symbolise le culte rendu à Dieu, est dite en grec et non en latin comme en Occident.

Le pain de l'ostie est fermenté tandis qu'il s'agit de pain azime (sans levure) chez les Latins. Le culte des images, appelées aussi icônes est très répandu dans l'Empire byzantin, il l'est moins en Occident.

Le baptême est l'acte fondamental de la vie, puisqu'il permet d'entrer dans la communauté des chrétiens. Cependant, ce baptême se fait par une simple immersion en Occident et par une triple en Orient.
Chez les Grecs, les prêtres peuvent se marier et porter la barbe alors que les ecclésiastiques latins pratiquent le célibat et sont imberbes.

Toutes ces différences montrent bien que les deux Eglises s'éloignent l'une de l'autre. La vie religieuse des Latins et des Grecs les empêchent de se comprendre mutuellement, dans un contexte ou chacun prétend pratiquer la vraie foi.
c. La rupture
Le Patriarche de Constantinople est considéré comme inférieur au pape, car ce dernier est le successeur de Saint-Pierre, principal apôtre du Christ et fondateur de l'Eglise chrétienne. A partir du VIIIe, le Patriarche réclame l'égalité avec le pape. Les rapports entre les deux autorités ne cessent de se détériorer et s'enveniment sérieusement au milieu du XIe siècle provoquant en 1054 une rupture entre les deux chrétientés : c'est le schisme ("séparation" en grec).

Cette rupture est l'aboutissement de plusieurs siècles de confrontation et montre que les deux mondes latin et grec s'ignorent de plus en plus et ne pratiquent plus au quotidien la même religion.
3. La diffusion du christianisme grec
a. L'évangélisation
L'évangélisation désigne le mouvemement de diffusion de l'Evangile, c'est-à-dire des quatre livres qui résument la vie et l'enseignement du Christ. C'est la mission des Eglises latine et grecque que de répandre le christianisme. L'Eglise d'Orient oeuvre à la propagation de la foi orthodoxe en Europe de l'Est et en Europe centrale, mais ces régions intéressent aussi l'Eglise latine qui envoie également des missions. Les deux églises se livrent donc à une véritable lutte d'influence. 
b. L'évangélisation des Slaves du Sud
Pour étendre son infleunce en Europe Centre-orientale, l'Eglise byzantine, envoie en 863, les moines Cyrille et Méthode pour évangéliser la Grande Moravie. Cette mission d'évangélisation se heurte cependant à un obstacle de taille, celui de la langue. Aussi pour rendre l'Evangile accessible aux Slaves, Cyrille et Méthode mettent au point un alphabet dit cyrillique qui permet de traduire la Bible en slavon qui devient la langue liturgique du pays. Les deux moines, quant à eux, deviennent les apôtres des Slaves.

L'évangélisation, se poursuit avec à la fin du IXe siècle, la conversion des Bulgares et des Serbes. Celle des Russes est plus tardive et n'intervient qu'à la fin du Xe siècle, lorsque le prince Vladimir se convertit et entraîne derrière lui tout son peuple.
L'essentiel

Les Byzantins sont des chrétiens, mais leurs pratiques religieuses et parfois même leurs dogmes divergent de ceux des Latins, comme par exemple le culte accordé à la Vierge ou la place prépondérante accordé au monachisme. Les moines sont, en effet, nombreux et considérés comme des saints, ils jouissent d'un très grand prestige auprès de la population et contribuent largement au mouvement d'évangélisation impulsé par l'Eglise orientale. Ce sont ainsi des moines, Cyrille et Méthode, qui ont évangélisé les Slaves du Sud.

Progressivement les deux mondes chrétiens, latin et grec, se heurtent dans leur conception de la religion et dans leur volonté de prestige et de puissance. En 1054, c'est le schisme, c'est-à-dire la rupture totale des relations entre les deux Eglises.
Repères

VIIIe siècle : hérésies iconoclastes (refus de vénérer les images saintes)
IXe siècle : conversion des Slaves du Sud par Cyrille et Méthode, invention de l'alphabet cyrillique
Xe siècle : conversion des Russes au christianisme
1054 : schisme c'est-à-dire séparation des deux Eglises chrétiennes
L'orthodoxie : le christianisme grec 3/5 basé sur 14 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > L'orthodoxie : le christianisme grec
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > L'orthodoxie : le christianisme grec
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte