AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Latin Terminales - Le mythe de l'âge d'or dans élégie 3

 

Toutes les matières 

cours de Latin 

Terminales 

Le mythe de l'âge d'or dans élégie 3

Note par nos Maxinautes :  

L'évocation de l'âge d'or, traditionnelle dans la poésie romaine, s'inscrit chez Tibulle dans un contexte précis : malade, retenu à Corcyre, il ne peut accompagner Messala dans son expédition militaire en Orient. Ce contretemps le conduit à une amère réflexion.
1. Le retour du héros
L'ensemble de l'élégie est placé sous le signe du retour. Retour du poète d'abord, promis à Délie qui avait consulté les dieux (v. 9-13). Retour mythique ensuite. La mer Egée (« Aegaeas undas », v. 1) a en effet pris son nom à la suite de la réapparition funeste du héros Thésée et de la mort de son père Egée.

L'île même où Tibulle se trouve retenu, Corcyre, est évoquée ici par son nom épique de Phéacie (« Phaeacia », v. 3), la terre des Phéaciens, la première que reconnaît le héros Ulysse de retour à Ithaque après vingt et un ans d'absence : « Il est près de toucher aux rives phéaciennes, où le destin l'enlève au comble des misères qui lui venaient dessus » (Homère, Odyssée, chant V, 288-89). La terre de Phéacie est d'ailleurs décrite dans l'Odyssée comme une terre heureuse et bénie des dieux, comme l'affirme la princesse Nausicaa : « Il n'est pas encore né, jamais il ne naîtra, le foudre qui viendrait apporter le désastre en pays phéacien : les dieux nous aiment tant ! Nous vivons à l'écart et les derniers des peuples, en cette mer des houles, si loin que nul mortel n'a commerce avec nous. » (Odyssée, chant V, 201-205). Tibulle semble se souvenir de cette évocation, mais en termes négatifs (« ignotis terris », v. 3).

Protégé comme Ulysse par une déesse (« Nunc dea, nunc succure mihi », v.27), il espère lui aussi revoir sa patrie : « Quant à moi, puissé-je encore fêter les Pénates de mes pères et offrir au Lare antique l'encens qui lui est dû chaque mois. » (v. 33-34). L'élégie se termine sur la même prière. Le souhait d'un retour impromptu, tout comme l'appel à la fidélité de Délie, n'est pas sans rappeler le retour inattendu d'Ulysse ou la fidélité héroïque de Pénélope, même si le poète apprendra à ses dépens que Délie n'est pas Pénélope (élégie 5).
Mais ce thème du retour appelle en écho un autre retour, évoqué au centre de l'élégie (v. 35-48), celui de l'aurea aetas « l'âge d'or ».

2. Le mythe de l'âge d'or
Une tradition antique, dont l'origine est attribuée au poète grec Hésiode (VIIe siècle av. J.-C.), veut que le déroulement du temps ne soit pas linéaire mais cyclique.
Dans Les Travaux et les Jours, Hésiode décrit en effet le temps comme un cycle constitué de quatre âges : l'or, l'argent, le bronze et le fer.
L'âge d'or est pour les Grecs le règne de Cronos, le premier des dieux à avoir régné sur le ciel et sur la Terre, rapidement identifié par les Romains avec Saturne. Ce dieu régnait sur le Latium et son trône était sur le
... Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour la voir en intégralité !
Le mythe de l'âge d'or dans élégie 3 5/5 basé sur 2 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !