AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Français - Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll

 

Toutes les matières 

cours de Français 

Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll

Note par nos Maxinautes :  

Objectif :
Saisir les caractéristiques d’un récit merveilleux moderne.

1. L'auteur
Lewis Carroll (1832-1898), de son vrai nom Charles Lutwidge Dodgson, est né dans le Lancashire, dans un presbytère de l’église anglicane où son père était pasteur, au sein d’une famille de 11 enfants, qui étaient tous gauchers et qui bégayaient. Cette particularité et cet isolement ont influencé la sensibilité du jeune garçon doué et singulier : il reprendra les thèmes de l’inversion et du miroir, du langage désarticulé dans ses écrits.
D’abord professeur de mathématiques sévère, il devient photographe, notamment de jeunes filles dont l’une lui inspire le personnage d’Alice et pour qui il invente des aventures merveilleuses (Alice Liddell) puis un écrivain célèbre.

Il rédige en 1865 Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, puis la suite De l’Autre Côté du miroir en 1871, qui sont des récits fantasmagoriques dans lesquels tout est onirisme (univers du rêve). De même, La Chasse au Snark, en 1876 est un poème narratif placé aussi sous le signe de l’étrange, et de la fantaisie. Il est l’auteur de nombreux articles littéraires et scientifiques, de traités linguistiques et d’autres textes narratifs.
2. L'oeuvre
a. Résumé
Assise à côté de sa sœur qui lit, Alice s'ennuie, quand un lapin blanc aux yeux roses passe devant elle et sort une montre de sa poche, s'écriant : « Je suis en retard ! En retard ! En retard ! ».


Alice se lance à la poursuite de l’animal et tombe dans un terrier dont la pente est aussi longue que lente. La chute aboutit sur un monde irréel. Elle rencontre une galerie de personnages étranges et se trouve confrontée à des non-sens qui relèvent plus du rêve étrange que de la réalité. Elle ne se reconnaît plus (sa taille varie, elle oublie ses connaissances…), elle hésite entre logique et folie (conversations étranges avec le chapelier, le loir et le lièvre de Mars), elle affronte des situations absurdes (avec la reine de cœur meurtrière ou la chat du Cheshire).

Les aventures d’Alice prennent fin lorsque la Reine de cœur proclame sa mise à mort et qu’Alice émerge de son rêve en s’écriant : « Farce et non-sens ! »
b. Thèmes et personnages
• Du réel au Pays des merveilles
Le terrier du lapin blanc symbolise le passage de la réalité (l’ennui d’Alice, le quotidien fade) au rêve (un monde sans loi ni sens logique), du jardin d’Alice à un monde où les repères de la normalité n’existent plus. De plus, la communication est bouleversée puisque les questions restent sans réponse ; le temps est suspendu puisqu’ « il est toujours six heures » ; les frontières entre l’humain, l’animal et l’inanimé n’existent plus puisque tout prend vie. La fuite dans le rêve permet de quitter une réalité frustrante.

• De l’enfance à l’âge de raison
      - L’enfance se caractérise par l’insouciance : Alice est une aventurière insouciante, s’engageant sans réflexion dans le terrier du Lapin, duquel elle ne sait pas sortir. Sa spontanéité lui crée problème dans ses relations avec les personnages étranges qu’elle rencontre.
      - La confrontation avec un autre monde est déroutante : elle aboutit dans un monde inconnu, nourri des peurs de l’enfance (peur d’être perdu, de ne pas être compris, peur de la mort), un monde de cauchemars (inadaptation de la taille, des mots, de l’attitude …)
      - La recherche de son identité : Alice ne se reconnaît plus. Elle subit des métamorphoses physiques (sa taille est inadaptée) et connaît des difficultés intellectuelles : elle oublie le savoir scolaire qui lui permettrait d’identifier le lieu dans lequel elle évolue.
      - L’expérience, l’initiation : Alice grandit, déterminée à prouver à son entourage qui la considère comme trop rêveuse qu’elle peut faire preuve d’une courtoisie exemplaire. Elle comprend à travers ses rencontres le monde qu’il va lui falloir aborder, les non-sens de la vie, les excès de nombre d’hommes, l’injustice de certains, l’égoïsme d’autres… Elle apprend à coexister, prenant le sens du monde réel et déclarant son aventure comme un « non-sens »…
L'essentiel
Le personnage d’Alice a inspiré dessinateurs, cinéastes, chanteurs, littéraires qui ont tous donné un sens particulier à l’œuvre de Carroll, ce que l’auteur entend et entendrait sans avoir voulu imposer une fonction pédagogique à ses récits de l’étrange…
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour en voir d'autres !
Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll 4/5 basé sur 19 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !