AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Latin 3e - Les emplois des cas

 
Note par nos Maxinautes :  

Objectif : Savoir associer cas latins et fonctions françaises.
En latin, il existe six cas. Certains d’entre eux s’emploient seuls et correspondent à une ou plusieurs fonctions françaises, d’autres peuvent s’employer seuls ou avec une préposition.
1. Le nominatif
Ce cas, dont le nom vient du verbe nominare (nommer), est toujours employé sans préposition.

• Le nominatif est le cas du sujet.
Ex. : Claudius natus est Julio Antonio Fabio Africano conss. Kal. Aug. Lugduni. (Suétone, Vies des douze Césars, Claude, II)
Claude naquit sous le consulat de Julius Antonius et Fabius Africanus le jour des calendes d’août à Lyon. 

• Le nominatif est aussi le cas de l’attribut du sujet employé avec le verbe « être » ou un équivalent (videor, « sembler, paraître », nascor, « naître », morior, « mourir », maneo, « rester, demeurer », fio, « devenir »)
Ex. : Cicero consul fuit. Cicéron fut consul.
2. Le vocatif
Ce cas, dont le nom vient du verbe vocare (appeler), est toujours employé sans préposition.

Le vocatif est le cas de l’apostrophe, c’est-à-dire le cas utilisé pour interpeller.

Ex. : Quid agis, Micio ? Que fais-tu, Micio ?
3. L’accusatif
Ce cas, dont le nom vient du verbe accusare (mettre en cause, accuser), peut être employé avec ou sans préposition.

• Employé sans préposition, l’accusatif correspond au complément d’objet direct.
Ex. : Oculos habuit claros ac nitidos (Suétone, Vies des douze Césars, Auguste, LXXIX).
Il avait des yeux vifs et brillants

• Avec certains verbes (facio, efficio, reddo, « faire, rendre », voco, appello « appeler, nommer », creo, eligo « choisir comme », etc.), on trouve un accusatif qui a la fonction d’attribut du COD.
Ex. : Pecunia homines beatos non reddit.
L’argent ne rend pas les hommes heureux

• Certains verbes se construisent avec deux accusatifs : un nom de personne et un nom de chose.
Ex. avec doceo : Pueros grammaticam doceo.
J’enseigne la grammaire aux enfants

• L’accusatif se rencontre dans les exclamations :
Ex. : Me miserum ! Malheureux que je suis ! 

• L’accusatif correspond au sujet français lorsqu’il se trouve dans une proposition infinitive.
Ex. : Romani dicebant imperatorem a populo amari.
Les Romains disaient que l’empereur était aimé du peuple. 

• L’accusatif sans préposition correspond à certains compléments circonstanciels de temps et de lieu.
Ex. : Tres annos regnavit.
Il a régné pendant trois ans
Romam ibimus.
Nous irons à Rome.

• Employé avec une préposition, l’accusatif exprime le temps, le lieu et le but
Ex. : Per tres annos regnavit. Il a régné trois années durant
In hortum it. Il va dans le jardin
Nos designat ad caedem. Il nous désigne pour le meurtre (pour nous tuer). 
4. Le génitif
Le nom du cas est à rapprocher du nom genus (origine, naissance, espèce).

• Le génitif correspond au complément du nom.
Ex. : Ad matrem virginis venit. (Térence, Les Adelphes)
Il est venu vers la mère de la jeune fille

• Ce cas est complément de certains adjectifs : peritus « habile à », avidus « désireux de », plenus « plein de », similis « semblable à », etc.
Ex. : Peritus belli. Habile à la guerre.

• Il peut être complément de certains verbes : meminisse « se souvenir de », oblivisci « oublier », accusare « accuser ».
Ex. : Beneficiorum memini. Je me souviens des bienfaits

• Il peut se trouver avec un sujet à l’infinitif et le verbe « être » qui signifie alors « être le propre de ».
Ex. : Est hominis rationem sequi.
C’est le propre de l’homme de suivre la raison. 
5. Le datif

Le nom de ce cas est à rapprocher du verbe dare (donner).
       
• Le datif désigne le destinataire de l’action exprimée par le verbe (celui à qui est donné, est pris quelque chose ou celui à qui on s’intéresse). Il correspond au complément d’objet second ou complément d’attribution.
Ex. : Do panem fratri.
Je donne du pain à mon frère
Pater non sibi laborat, sed liberis suis.
Le père ne travaille pas pour lui mais pour ses enfants
       
• Le datif se trouve après certains verbes :
Avec esse, le datif exprime la possession.
Ex. : Mihi est liber. Le livre est à moi, j’ai un livre. 

Avec les composés de sum : prosum « être utile à ».
Après certains verbes : nocere « nuire à », ignoscere « pardonner à », etc.

• Le datif sert de complément d’agent à l’adjectif verbal.
Ex. : Mihi colenda est virtus. La vertu doit être pratiquée par moi = Je dois pratiquer la vertu. 
6. L’ablatif
Le nom est à rapprocher de ablatum (porté loin de). L’ablatif est le cas des compléments circonstanciels.

• Le complément circonstanciel de lieu où l’on est avec la préposition in sauf pour les noms de villes et de petites îles des 1re et 2e déclinaisons pluriel et ceux de la 3e déclinaison et le complément circonstanciel de lieu d’où l’on vient, avec la préposition ex, sauf pour les noms de villes et de petites îles, pour les mots rus, domus et humus.
Ex. : In horto est.  Il est dans le jardin
Athenis natus est. Il est né à Athènes
Roma redeo. Je reviens de Rome.
Ex urbe redeo. Je reviens de la ville.

• Le complément circonstanciel de temps, pour la date :
Ex. : Tertia hora veniet. Il viendra à la troisième heure
aestate = en été. 
die, nocte = de jour, de nuit.

• Les compléments circonstanciels de manière, de moyen, d’accompagnement, de cause, de qualité.
Ex. : Magna voce clamat. Il crie d’une voix forte
Ferire gladio. Frapper avec l’épée
Cum amico cenabam. Je dînais avec mon ami
Fame interiit. Il est mort de faim. 
Puer egregia indole. Un enfant d’un naturel remarquable.

• L’ablatif est le cas du complément d’agent avec la préposition ab quand il s’agit d’un être animé.
Ex. : Amor a patre. Je suis aimé par mon père.

Repères

Les compléments circonstanciels de lieu où l’on est quand il s’agit de villes et de petites îles des 1re et 2e déclinaisons au singulier et des noms rus, domus et humus, se mettent au locatif, cas qui n’existe plus par ailleurs.

Ex. : Romae, Lugduni sum. Je suis à Rome, à Lyon
Domi, humi, ruri est. Il est chez lui, à terre, à la campagne.
L’essentiel

Le nominatif est le cas du sujet et de l’attribut du sujet.

Le vocatif est le cas de l’apostrophe.

L’accusatif est le cas du complément d’objet direct, de l’attribut du complément d’objet direct, de certains compléments circonstanciels de temps et de lieu quand il y a durée ou mouvement, du sujet de la proposition infinitive.

Le génitif est le cas du complément du nom, de certains adjectifs et de certains verbes.

Le datif est le cas qui indique la personne intéressée par l’action exprimée par le verbe, le complément d’objet second ou complément d’attribution.

L’ablatif est le cas de nombreux compléments circonstanciels avec ou sans préposition.

A ces six cas, il faut ajouter un cas qui n’existe que pour le complément circonstanciel de lieu où l’on est quand il s’agit de noms de villes et de petites îles des 1re et 2e déclinaisons au singulier : le locatif.
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour en voir d'autres !
Les emplois des cas 3/5 basé sur 13 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !
Retrouve d'autres cours de Latin sur le sujet
"Les cas ; les verbes : modes et temps ; l'adjectif verbal et le gérondif"
- Les emplois de l'adjectif
- La concordance des temps