La réussite scolaire pour tous !
  • CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale
  • Tutorat

Cours de SES - Qu'est-ce que la socialisation ?

Note par nos Maxinautes :  

Il faut distinguer les notions de sociabilité et de socialisation.

Ainsi, la notion de sociabilité est à saisir en tant que relations directes et formes de communication entre individus dans un cadre social donné. La famille, l’école, la rue sont des lieux de sociabilité.

La notion de socialisation renvoie, quant à elle, à l’ensemble des mécanismes par lesquels les individus font l’apprentissage des rapports sociaux entre les hommes et assimilent les normes, les valeurs et les croyances d’une société ou d’une collectivité. On distingue la socialisation primaire (ou socialisation de l’enfant) et les socialisations secondaires, processus d’apprentissage et d’adaptation des individus tout au long de leur vie.
1. La socialisation, conditionnement ou interaction avec le milieu
a. L’approche traditionnelle de la socialisation : conditionnement et intériorisation des normes
Selon G. Rocher, la socialisation procède de trois étapes distinctes :

1. la phase d’acquisition des normes et des valeurs d’un groupe et/ou d’une société donnée ;

2. cette acquisition est intégrée (phase d’intégration) dans la personnalité de chaque individu à tel point qu’il pense que sa conformité aux normes et valeurs provient de sa propre conscience (phénomène ressenti comme naturel) ;

3. la phase d’adaptation : l’individu est en mesure de s’adapter à son environnement social et, par-là même, d’augmenter la solidarité envers les autres membres du groupe.

b. L’approche constructiviste de la socialisation
Il existe traditionnellement deux grilles de lecture possibles du processus de socialisation : l’une holiste où les normes sont apprises et contraignent l’individu, l’autre individualiste méthodologique où chaque individu adapte les normes qu’il a apprises en fonction des situations sociales. Dans cette deuxième optique, la socialisation est davantage perçue comme une interaction entre l’individu et son environnement.

Selon le psychologue suisse J. Piaget, l’enfant suit un processus de socialisation qui va être fonction de sa maturité intellectuelle :

1. durant la petite enfance (avant deux ans), les jeux sont caractérisés par l’absence de règles et de coopération entre les individus ;
2. vient ensuite un stade correspondant au processus d’intériorisation de ces règles sans que l’enfant parvienne à intégrer celles-ci à son comportement (2-5 ans) ;
3. la nécessité d’un contrôle mutuel s’impose ; celle ci est relative à la compétition naissante entre les individus au sein du jeu (stade où les règles sont encore implicites : 5-12 ans) ;
4. c’est après 12 ans que la codification sociale devient explicite, les enfants prenant conscience de la nécessité de règles formelles dans leurs interactions.
Dans cette approche, Piaget montre que la socialisation est fonction du développement psychologique et intellectuel de l’enfant.

On pourra donc retenir la définition suivante : la socialisation désigne le processus par lequel les individus apprennent les modes d’agir et de penser de leur environnement, les intériorisent en les intégrant à leur personnalité et deviennent membres de groupes où ils acquièrent un statut spécifique.

Selon P. Bourdieu, la socialisation consiste en l’intériorisation de l’extériorité et l’extériorisation de l’intériorité.
Son argument permet de sortir d’une conception strictement holiste de la définition avec l’idée selon laquelle l’individu peut agir pour transformer son environnement.

On distingue traditionnellement la socialisation primaire et la socialisation secondaire.

La socialisation primaire : elle correspond à la période de l’enfance. Au cours de cette phase, quatre instances de socialisation (famille, école, groupes de pairs et les médias) vont contribuer à structurer la personnalité sociale du futur adulte

La socialisation secondaire : elle intervient à la fin de l’enfance et permet aux individus, dont la personnalité est déjà en grande partie constituée, de s’intégrer à des groupes particuliers : entreprises, associations, partis politiques, syndicats...

Ces deux stades dans la socialisation se renforcent mais peuvent éventuellement être en décalage : ainsi à certains moments de son existence, l’individu sera socialisé de manière plus intensive que d’autres. Ces acquisitions nouvelles se surajoutent aux acquisitions premières et permettent à l’individu de relativiser les normes et les valeurs relevant de la socialisation primaire.
2. Les instances de socialisation
Le processus de socialisation s’effectue au travers de plusieurs instances qui prennent la forme d’institutions (famille, école, entreprise...) ou d’agents (groupes de pairs, médias).
On parle de conflits de socialisation lorsque l’individu socialisé est en contact avec des instances qui ne valorisent pas les mêmes normes et valeurs.
Exemple : famille / groupe de pairs ; groupe de pairs / groupe de pairs (cas de l’étudiant à réussite scolaire atypique issu de quartiers défavorisés).
a. Famille, école et socialisation primaire
La famille constitue l’instance principale de socialisation et son action s’avère primordiale. C’est en effet dans le cadre du milieu familial que se forge le système de dispositions à partir duquel seront analysées toutes les autres expériences de la vie sociale. Cette action prépondérante de la famille s’explique d’abord parce qu’elle intervient dès le premier âge de la vie au moment où la personnalité de l’enfant est la plus malléable. Cette instance de socialisation est particulièrement efficace en raison des contacts quotidiens entre enfants et parents ; et le climat affectif dans lequel se déroule ce processus rend l’enfant particulièrement réceptif aux apprentissages nouveaux.
 
Doc 3 : La famille, instance de socialisation primaire

Pour certains sociologues comme E. Durkheim, l’école est l’instance principale de socialisation. En effet, seule l’école est en mesure d’offrir un lieu de socialisation commun à tous les enfants d’une même société ; ainsi, l’école permet de transmettre des valeurs communes à l’ensemble des futurs citoyens.
Pour Durkheim, au sein de la famille, la socialisation est empreinte de sentiments personnels qui empêchent la transmission des règles générales et impersonnelles que requiert la vie en société.
b. D’autres instances de socialisation : groupes de pairs et médias
Un certain nombre d’études sociologiques portant sur la jeunesse ont montré que le jugement des groupes de pairs avait souvent plus d’importance que le jugement des parents dans la propension des jeunes à adopter ou à persévérer dans certains comportements (notamment les comportements déviants, délinquance, toxicomanie…). Dans les cas de figure ainsi envisagés, les normes transmises par la famille à leurs enfants entrent en conflit avec les normes valorisées par les groupes de pairs. Ainsi l’identité des jeunes se forge en grande partie dans l’interaction avec d’autres jeunes dans le cadre des relations amicales.
Doc 4 : Groupe de pairs, instance de socialisation secondaire

Contrairement à de nombreuses idées reçues, les médias comme la télévision n’ont pas un réel pouvoir de socialisation en tant que tel. Mais, les deux instances que sont les médias et la famille se renforcent lorsque la famille dote les enfants de clés de lecture afin que ceux-ci puissent comprendre les informations fournies par les médias et choisir stratégiquement leur consommation de médias (la télévision).
En outre, le sens commun laisse à penser que la télévision entre en concurrence avec la pratique de la lecture. Or, des études sociologiques ont montré que la fréquence de la pratique est davantage liée au milieu social d’appartenance. Les enfants des milieux sociaux défavorisés qui passent de nombreuses heures hebdomadaires devant la télévision auraient de toute façon peu pratiqué la lecture.

L’essentiel

La socialisation est un processus complexe qui est au cœur de l’analyse du fonctionnement de la société. Pour tous les sociologues, la socialisation relève d’un processus long d’interaction entre les individus et la société.
De nombreuses instances participent à ce processus, école, famille, groupe de pairs. Il peut arriver que les messages véhiculés par chacune de ces instances entrent en conflit.
Qu'est-ce que la socialisation ? 4/5 basé sur 134 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > Qu'est-ce que la socialisation ?
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > Qu'est-ce que la socialisation ?
Testez Maxicours premium

Pour aider vos enfants à réussir leur scolarité, Primaire, Collège, Lycée, Maxicours vous propose :

Une aide immédiate par des Professeurs en ligne de 17 à 20h et 6/7j

Un accès illimité à tous nos cours, exercices, évaluations et corrections

L'accès illimité aux cours vidéos

laurier

Des parcours de révisions spécialement conçus pour le Brevet et le BAC

Des outils de suivi pour suivre la progression de vos enfants

Inscris-toi gratuitement sur Cours.fr,
tu pourras accéder à toutes les fiches de cours dans toutes les matières.


X
Besoin de soutien scolaire ? Réalisez notre évaluation gratuite
Cliquez ici