La réussite scolaire pour tous !
  • CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale

Cours de Français - Les propositions subordonnées

Note par nos Maxinautes :  

Objectif : savoir identifier les différents types de propositions subordonnées.
Il existe trois sortes de propositions subordonnées :

– les propositions subordonnées complétives ;
– les propositions subordonnées circonstancielles ;
– les propositions subordonnées relatives.

On les distingue en fonction :
du mot de la proposition principale qu'elles complètent ;
du mot subordonnant qui les introduit.

Il faut savoir déterminer non seulement la nature des propositions subordonnées mais aussi leur fonction dans la phrase.

1. Les propositions subordonnées complétives
Elles complètent le verbe de la proposition principale et sont COD de ce verbe. On ne peut pas les supprimer.
Il existe deux sortes de propositions subordonnées complétives.
a. Les propositions subordonnées conjonctives
Elles sont introduites par la conjonction de subordination que (ou qu').

Ex : Don José pense [que Carmen est belle].
Nature = prop. sub. conjonctive (introduite par que).
Fonction = COD du verbe penser.

b. Les propositions subordonnées interrogatives indirectes
Elles sont introduites par si ou un autre mot interrogatif (qui, que, quand, comment, pourquoi, quel...).

Ex : Don José demande à Carmen [si elle l'aime].
Carmen demande au narrateur [quelle heure il est].
Nature = prop. sub. interrogatives indirectes (introduites par si et par quelle).
Fonction = COD du verbe demander.

Elles complètent un verbe dont le sens suppose une interrogation (ex : [se] demander, dire, ignorer, savoir....).

2. Les propositions subordonnées circonstancielles
Elles complètent la proposition principale.
Elles exercent la fonction de complément circonstanciel. On peut donc les supprimer ou les déplacer.
Elles sont introduites par une conjonction de subordination (que, comme...) ou une locution conjonctive (après que, bien que, parce que...).
Elles peuvent exprimer différentes nuances circonstancielles : temps, cause, conséquence, but, opposition, condition, comparaison.

Ex : Don José tue Carmen [parce qu'elle ne l'aime plus].
Nature = prop. sub. circonstancielle.
Fonction = complément circonstanciel de cause.

3. Les propositions subordonnées relatives
Elles complètent un nom de la proposition principale qu'on appelle antécédent et sont toujours placées derrière cet antécédent.
Elles sont donc une expansion du nom et occupent la même fonction qu'un adjectif : celle de l'épithète.
Elles sont introduites par un pronom relatif simple (qui, que, quoi, dont, où) ou composé (lequel, duquel, auquel...).

Ex : Le soldat [qui est jaloux] tue Carmen.
Nature = prop. sub. relative introduite par qui.
Fonction = épithète liée de l'antécédent « soldat ».

4. Cas particulier : la proposition subordonnée infinitive
La proposition subordonnée infinitive est classée à part car elle n'est introduite par aucun mot subordonnant. C'est une quatrième sorte de proposition subordonnée complétive. Elle présente toujours trois caractéristiques :

- elle est introduite sans mot subordonnant ;
- son verbe est à l'infinitif ;
- cet infinitif a un sujet qui est exprimé dans la phrase et qui est différent de celui du verbe de la proposition principale.

Ex : Carmen entend [Don José s'approcher].
Nature = prop. sub. infinitive (verbe à l'infinitif = « s'approcher » / sujet de l'infinitif = « Don José »)

On trouve ces propositions après des verbes de perception (entendre, voir, regarder...).
Une proposition subordonnée infinitive est COD du verbe dont elle dépend.
Ex : Don José regarde [Carmen danser].
Nature = prop. sub. infinitive
Fonction = COD du verbe regarder.

Difficultés
Il ne faut pas confondre que pronom relatif et que conjonction de subordination. Pour cela, il faut bien repérer le mot complété par que.

Quand que est un pronom relatif, il complète toujours un NOM.

Ex : La fille que tu vois est dans ma classe.
Que = pronom relatif. La proposition subordonnée qu'il introduit est une proposition subordonnée relative qui complète le nom « fille ».
Quand que est une conjonction de subordination, il complète un VERBE.
Ex : Je veux que tu rentres à l'heure.
Que = conjonction de subordination. La proposition subordonnée qu'il introduit est une proposition subordonnée complétive qui complète le verbe « veux ».

L'essentiel

Les propositions subordonnées complétives sont COD du verbe qu'elles complètent. Elles peuvent être conjonctives (introduites par que), interrogatives indirectes (introduites par un mot interrogatif) ou infinitives (sans mot subordonnant et avec un verbe à l'infinitif). Les propositions subordonnées circonstancielles sont compléments circonstanciels de la proposition principale. Les propositions subordonnées relatives sont introduites par un pronom relatif. Elles sont épithètes du nom qu'elles complètent, qu'on appelle l'antécédent.

Cette fiche t'a intéressé ?

Retrouve toutes tes fiches de cours, des vidéos
et des exercices ludiques pour te tester avec Maxicours
Les propositions subordonnées 4/5 basé sur 47 votes.
Vous êtes ici :

Tu veux améliorer tes notes en te divertissant ?

J'y vais

89%
des élèves
qui révisent sur
Maxicours comprennent
mieux leurs leçons
74%
des élèves
ont des meilleures
notes en classe.

Maxicours, c'est la meilleure base de contenus scolaires du web

  4 000 cours vidéo
  20 000 fiches de cours
  100 000 exercices
interactifs
  2 500 sujets
corrigés

La référence des fiches de cours sur internet !

Voir toutes les fiches de cours
Caroline « Avoir un support ludique qui respecte le programme des cours est très rassurant pour moi, on se sent cadré et accompagné. »
Caroline, maman d'un élève de 6e
Hugo « Merci pour cette leçon qui m'a encore appris de nouvelles choses.
Merci infiniment, je vous encourage à continuer cela car c'est très instructif ! »
Hugo, élève de 4e