AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Latin 3e - Cicéron et Catilina

 
Note par nos Maxinautes :  

Au milieu du premier siècle avant J.-C., deux hommes politiques s'opposent, Cicéron et Catilina.
1. Qui était Cicéron ?
Cicéron est né en 106 av. J.-C. à Arpinum, ville du Latium. Il est ce qu'on appelle un homo novus « un homme nouveau », il est le premier de sa famille à faire carrière dans la politique. Il a parcouru le cursus honorum « la carrière des honneurs », puisqu'il a d'abord été questeur en Sicile en 75 av. J.-C., puis édile en 69 av. J.-C. , préteur en 66 av. J.-C. et a finalement été élu consul en 63 av. J.-C.
Cicéron était soutenu par les sénateurs et les chevaliers.
2. Qui était Catilina ?
Catilina est né en 108 av. J.-C. dans une famille noble mais ruinée. Il est décrit comme un homme débauché non seulement par Cicéron, son adversaire politique mais aussi par l'historien Salluste.

Ex : L. Catilina, nobili genere natus, fuit magna vi et animi et corporis, sed ingenio malo pravoque. Huic ab adulescentia bella intestina, caedes, rapinae, discordia civilis grata fuere, ibique juventutem suam exercuit.
(Salluste, De Conjuratione Catilinae, 5.)
Lucius Catilina, issu d'une famille noble, était d'une grande force et d'esprit et de corps, mais d'un naturel méchant et dépravé. Dès son adolescence, il se complut dans des guerres intestines, des meurtres, des pillages, la discorde civile et ce fut dans cette ambiance qu'il grandit. »

Lui aussi a parcouru la carrière des honneurs mais lorsqu'il se présente au consulat, en 66 et en 65 av. J.-C., il est rayé des listes. Il tente à nouveau en 64 av. J.-C., en même temps que Cicéron qui le bat.

Catilina
était du côté des mécontents, qui avaient été déçus par la politique ou ruinés.
3. La conjuration de Catilina et la réponse de Cicéron
En octobre 63 av. J.-C., l'année du consulat de Cicéron, Catilina se présente à nouveau pour être consul.
Le 28, deux amis de Cicéron sont élus, nouvel échec de Catilina. Celui-ci prépare alors une nouvelle conjuration, avec ses amis, il va massacrer ses adversaires et faire brûler Rome.
Le 7 novembre, il tente en vain d'assassiner Cicéron qui, dès le lendemain, interpelle son ennemi devant le sénat dans la Première Catilinaire : « Quousque tandem abutere, Catilina, patentia nostra ? quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet ? quem ad finem sese effrenata jactabit audacia ? Nihilne te nocturnum praesidium Palatii, nihil urbis vigiliae, nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil hic munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora vultusque moverunt ? Patere tua consilia non sentis ? »(Cicéron, In Catilinam, I, I.)
[« Jusqu'à quand enfin, Catilina, abuseras-tu de notre patience ? Combien de temps encore cette folie qui est la tienne se jouera-t-elle de nous ? Jusqu'où ton audace déchaînée s'agitera-t-elle ? Est-ce que rien, ni la garde nocturne du Palatin, ni les rondes de nuit de Rome, ni la crainte du peuple, ni le rassemblement de tous les honnêtes citoyens, ni ce lieu très protégé choisi pour réunir le sénat, ni la mine et l'air de ceux qui sont ici ne t'ont ému ? Ne te rends-tu pas compte que tes projets sont découverts ? »]
Catilina quitte Rome aussitôt.

Le 9 novembre, Cicéron prononce la Deuxième Catilinaire devant le peuple pour le rassurer. Le conjuré a rejoint l'armée de son ami Manlius en Étrurie mais ses complices sont restés à Rome pour organiser une autre conjuration prévue au mois de décembre.

Les 3 décembre, Cicéron fait arrêter les amis de Catilina, réunit le sénat puis raconte les événements au peuple dans la Troisième Catilinaire.
Le 5 décembre, dans la Quatrième Catilinaire, le consul, bien que voulant éliminer les conjurés, demande aux sénateurs quelle peine leur infliger. Les avis sont partagés : certains, comme César, sont contre la peine de mort, d'autres, comme Caton, sont pour. Ce sera finalement le discours du dernier qui convaincra les sénateurs : le soir, les complices de Catilina sont étranglés.
Un mois plus tard, le 5 janvier 62 av. J.-C., Catilina et Manlius sont tués à Pistorium, en Étrurie.

Cicéron est exilé en 58 av. J.-C. Lorsque le complot et la conspiration de Catilina furent déjoués, Cicéron décida d’exiler Catilina et d’exécuter ses complices. Mais Clodius, un tribun de la plèbe, des sénateurs et César lui reprochent de ne pas avoir laissé la justice régler le sort des conjurés.
Cicéron est alors contraint de s’exiler en Grèce. Il est assassiné le 7 décembre 43 av. J.-C.

L'essentiel

À la fin de son consulat, Cicéron s'est opposé à Catilina, qui avait mené plusieurs conjurations contre Rome. L'affaire commence début octobre 63 av. J.-C., date de l'échec de Catilina aux élections pour le consulat ; de novembre à décembre, le consul a prononcé quatre discours contre Catilina, In Catilinam orationes quattuor : c'était le premier devant le sénat, il fait fuir Catilina.
Le second est prononcé devant le peuple pour le rassurer. Le troisième, après l'arrestation des complices de Catilina, pour informer le peuple. Le quatrième est prononcé devant le sénat pour savoir quelle peine infliger aux conjurés arrêtés ; après discussion, ce sera la peine de mort.
Catilina, lui, sera arrêté et tué le 5 janvier 62 av. J.-C.

Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour en voir d'autres !
Cicéron et Catilina 4/5 basé sur 35 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !
Retrouve d'autres cours de Latin sur le sujet
"La fin de la République, la guerre civile, les acteurs et les historiens"
- César et Pompée
- Jules César historien
- La fin de la République après la mort de César
- Cicéron et Verrès
- La carrière politique de Cicéron