AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Latin 3e - La fin de la République après la mort de César

 

Toutes les matières 

cours de Latin 

3e 

La fin de la République après la mort de César

Note par nos Maxinautes :  

Il est bien difficile de dire quand finit la République et quand commence l'Empire : le Ier siècle avant J.-C. est fait de nombreux glissements et de ruptures qui sont autant d'infractions à la constitution républicaine et qui, à n'en pas douter, préparent la venue au pouvoir d'un seul homme.

Ce qui est clair, cependant, c'est que la République a vécu, et que les Romains, sans vouloir un roi, aspirent à un pouvoir fort.

 

1. Désordre et guerre civile
L'assassinat de César n'a pas signifié la fin des Césariens : le prestige du vainqueur des Gaules reste immense, à tel point que ses assassins, face à l'hostilité de la foule, durent se réfugier sur le Capitole.

Ainsi, comme auparavant, vont s'affronter deux camps rivaux :

 

  • Les partisans de César sont nombreux et deux figures d'héritiers s'imposent. Il y a d'abord Marc Antoine, qui était son lieutenant, consul en 44 av. J.-C. et qui représente en quelque sorte son héritier politique : il s'est fait remettre le testament de César et prononce son éloge funèbre, ce qui lui vaut les faveurs de la foule. Mais il y a aussi l'héritier civil, Octave, petit-neveu et fils adoptif de César qui est allé rendre visite aux vétérans de son père adoptif, qui l'ont accueilli comme le successeur de celui-ci.

     

  • Les opposants (d'anciens pompéiens pour la plupart, de nombreux sénateurs, qui constituent ce qu'on appelle le « parti républicain ») ne sont pas inactifs : le 17 mars 44 av. J.-C., soit deux jours après la mort de César, Cicéron, au nom du parti pompéien, fait adopter par le Sénat une loi d'amnistie et l'abolition de la dictature.

 

2. Le second triumvirat et les proscriptions
Face aux menées des républicains, les deux héritiers de César, Marc Antoine et Octave, n'ont d'autre choix que de s'allier, ce qu'ils font en novembre 43 av. J.-C..

Ils invitent dans leur alliance M. Aemilius Lepidus, récemment nommé Grand Pontife et ancien maître de cavalerie de César ; ils créent ainsi une nouvelle magistrature extraordinaire, Tresviri rei publicae constituendae (« Triumvir pour établir l'État »), disposant des pleins pouvoirs pour cinq ans.

La première mesure du triumvirat consiste en une sanglante proscription (de proscribere, « afficher » : le nom des futures victimes est affiché) qui vise bien sûr les opposants : la tête et les mains de Cicéron sont exposées.

Si l'opposition à Rome (à commencer par le Sénat) semble décimée, elle reste vivace dans différentes provinces romaines, où Pompée a laissé son fils, ses clients, des troupes : c'est principalement le cas en Espagne, en Sicile, en Orient.

 

3. « Partage du monde » et fin du triumvirat
Octave, qui veut venger le meurtre de César, convainc Antoine de prendre les armes contre l'armée conduite par Cassius et Brutus. Ceux-ci meurent et leurs armées sont défaites à Philippes en octobre 42 av. J.-C. Restait Sextus, le second fils de Pompée, en Sicile.

En 38 av. J.-C., malgré des désaccords, le triumvirat est reconduit pour cinq ans.
Le trio se répartit alors l'Empire : l'Orient pour Antoine, l'Occident pour Octave et l'Afrique pour Lépide.

Octave entreprend une expédition contre Sextus Pompée qui, depuis la Sicile, détourne l'approvisionnement en blé de Rome ; après deux ans de combat, il remporte la victoire après une bataille navale à Nauloque (36 av. J.-C.) et reprend le contrôle de la Sicile.
Lépide perd rapidement son pouvoir de triumvir.

Pendant ce temps, en Orient, Antoine est chargé d'amasser de l'argent et d'attaquer les Parthes, contre lesquels il échoue. Il s'allie à Cléopâtre, puis s'en éprend et s'installe à Alexandrie... où il célèbre son triomphe ! Octave n'a aucun mal à convaincre les Romains, et notamment les Sénateurs, qu'Antoine se rêve en nouveau monarque hellénistique ; le bruit court qu'il aurait partagé l'Orient entre la reine d'Égypte et ses trois enfants !

Le 1er janvier 33 av. J.-C., Octave annonce la rupture avec Antoine et, l'année suivante, le Sénat, sous son influence, déclare la guerre... à Cléopâtre (donc à Antoine), tandis que ce dernier est déchu de tous ses pouvoirs.

L'affrontement entre les troupes d'Antoine et celles d'Octave a lieu le 2 septembre 31 av. J.-C. à Actium, promontoire de la Mer Adriatique. Après un bref combat, Antoine et Cléopâtre fuient le champ de bataille et se suicident en Égypte l'année suivante.

 

4. Vers un ordre nouveau : Octave-Auguste et le principat
Après la mort de Cléopâtre, l'Égypte est annexée à l'empire romain. Octave, à 32 ans seulement, est seul maître de cet empire immense.

La priorité pour lui est de rétablir la paix, d'éviter de nouvelles guerres civiles. Après les faiblesses répétées du régime républicain, c'est une solution de type monarchique (au sens étymologique : « le pouvoir d'un seul ») qui s'impose.
Octave a cependant tiré leçon de l'assassinat de son grand-oncle César : son pouvoir ne devra pas s'établir contre le Sénat, mais en accord avec lui. Ainsi, en 28 av. J.-C., il annonce sa volonté de redevenir un simple citoyen et remet au Sénat tous ses pouvoirs, sauf le consulat.

À 36 ans, le 16 janvier 27 av. J.-C., Octave se voit décerner par le Sénat le titre d'Augustus.

L'habileté d'Auguste, principalement au début de ce qu'il faut bien appeler son « règne », sera de couler dans le moule des institutions républicaines les bases d'un pouvoir solitaire.

 

L'essentiel

Les siècles précédents ont révélé les faiblesses des institutions républicaines et l'aspiration des Romains à un pouvoir fort. L'assassinat de César montre cependant combien la haine de la monarchie reste vivace. Après son affrontement avec Marc Antoine, Octave, devenu Auguste, installe peu à peu un pouvoir personnel qui conserve des apparences républicaines. Il ne fait aucun doute, toutefois, que la République est morte.

Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour en voir d'autres !
La fin de la République après la mort de César 4/5 basé sur 28 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !
Retrouve d'autres cours de Latin sur le sujet
"La fin de la République, la guerre civile, les acteurs et les historiens"
- Cicéron et Catilina
- César et Pompée
- Jules César historien
- Cicéron et Verrès
- La carrière politique de Cicéron