AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Histoire-géographie - Les économies-monde successives (britannique, américaine, multipolaire)

 

Toutes les matières 

cours d'Histoire-géographie 

Les économies-monde successives (britannique, américaine, multipolaire)

Note par nos Maxinautes :  

La mondialisation a connu différentes phases dans l'Histoire. La mondialisation économique est le processus d'accélération et de développement des flux d'échanges de toutes natures. À partir du 19e siècle, l'expansion coloniale consacre la suprématie du continent européen et de l'empire britannique en particulier.
À partir de la Première Guerre mondiale, un glissement s'opère : les États-Unis deviennent le centre économique majeur à l'échelle de la planète. Ils dominent les échanges même si la mondialisation contemporaine opère un tournant significatif à la fin des années 80. Certains pays en développement affirment un rythme de croissance rapide : l'économie-monde devient multipolaire.
1. Un 19e siècle dominé par le centre britannique
Entre 1850 et jusqu'à la fin des années 1920, la Grande-Bretagne constitue la puissance mondiale dominante. À la fin du 19e siècle, elle est au centre d'une première mondialisation économique.
a. Une puissance industrielle relayée par un vaste empire colonial
Berceau de la révolution industrielle, la Grande-Bretagne possède à partir de 1850 une avance confortable sur tous ses concurrents. En 1870, sa production de charbon est quatre fois supérieure à celle de l'Allemagne, celle d'acier plus de quatre fois supérieure à celle des États-Unis. L'économie britannique est dominante : elle tire profit de ses atouts, s'impose dans le domaine industriel grâce à l'essor du chemin de fer. Le réseau britannique correspond en 1850 à près de 40 % du réseau ferré mondial.

Parallèlement, l'hégémonie britannique se renforce grâce à l'empire colonial qui est consolidé dans la deuxième moitié du 19e siècle. Cet empire colonial est le plus vaste au monde et il permet à la révolution industrielle anglaise de trouver des ressources et des débouchés qui alimentent la croissance. À l'apogée de sa puissance, l'empire colonial représentera jusqu'au quart de la surface et de la population mondiale, soit plus de 450 millions d'habitants. Ces colonies, présentes sur tous les continents, forgent « un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais » et contribuent à la domination commerciale du pays.

Doc. 1. « En 1927, les exports des marchandises anglaises en Inde s'élèvent a 86 000 000 livres. Encouragez votre meilleur consommateur à toujours demander les produits de l'Empire. »


Le pays profite également de son avancée technologique pour exporter ses produits. La navigation à vapeur réduit les temps de navigation et permet de renforcer les liens avec l'Empire et les autres nations : alors qu'il fallait quatre à six semaines pour traverser l'Atlantique à la voile, la vapeur réduit ce temps à deux semaines en 1830 et dix jours en 1880. En 1900, le Royaume-Uni est le principal exportateur mondial de marchandises (14,6 %) et le principal importateur (21,4 %). Il représente à lui seul près de 1/5e du commerce mondial.
b. Une suprématie financière
Sous le régime de la reine Victoria (1837-1901), la Grande-Bretagne domine financièrement le monde et fixe la norme pour le système monétaire international. La livre sterling est la monnaie de référence des échanges. La City, la place financière de Londres, devient la place la plus importante pour toutes les transactions. La bourse londonienne fixe la cote d'une majorité de matières premières, malgré la concurrence de Chicago. Dans cette suprématie, l'empire colonial joue un rôle primordial. Il représente jusqu'à 40 % des investissements du pays au début du 20e siècle.
c. Une domination renforcée par le système du libre-échange
Cette période s'accompagne donc d'un développement rapide du commerce international. Celui-ci est stimulé par le libre-échange dont la théorie a été fixée dès le 18e siècle par l'économiste écossais Adam Smith. Pour celui-ci, moins un gouvernement intervient dans la vie économique, par le cadre de la loi, mieux cette économie se porte. Les échanges doivent être les plus libres possibles.
Les liens économiques ne sont pas seulement organisés avec l'empire, de nombreux traités commerciaux régissant ce libre-échange sont aussi fixés avec les pays latino-américains, la Turquie, le Maroc ou encore le Japon. À la fin du 19e siècle, environ 60 % du commerce britannique est ainsi réalisé avec des pays associés en dehors de l'Europe.
2. Une mondialisation économique guidée par les Etats-Unis à partir du 20e siècle
En position d'hégémonie jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, l'Europe et en particulier la Grande-Bretagne voient leur domination contestée par de nouvelles puissances. Les États-Unis deviennent en cette période la première puissance économique de la planète.
a. Une domination reposant sur l'affirmation des principes du libéralisme
Même si le pays est entré tardivement dans la révolution industrielle, il affiche une insolente réussite. À la veille de la Première Guerre mondiale, la production de charbon est une fois et demie supérieure à celle de la Grande-Bretagne, la production d'acier trois fois supérieure. La réussite de l'économie américaine est liée à l'application des règles du capitalisme libéral. L'économie du marché, les principes de libre-entreprise et de libre-échange constituent des valeurs fondamentales. L'objectif est, par le principe de non-intervention de l'État fédéral, de créer des richesses, de favoriser l'initiative des entreprises privées.
b. Une domination sans partage après la Seconde Guerre mondiale
L'isolationnisme, c'est-à-dire le choix politique d'un repli sur la vie intérieure du territoire et sur ses intérêts économiques, a longtemps été la stratégie adoptée par les États-Unis. Leur entrée dans la Seconde Guerre a, par exemple, été tardive, elle date de décembre 1941. Lors de ce conflit, ils ne subissent aucune destruction sur leur sol et, en 1945, leurs pertes humaines sont limitées par rapport à d'autres pays (1/80e des pertes de l'URSS). Ce conflit qui a déjà relancé l'économie, consacre la domination en 1945. Les États-Unis possèdent à cette date les deux tiers du stock d'or mondial. La monnaie, le dollar, devient monnaie de référence.
c. Les aspects de la domination
La puissance financière illustre la suprématie. Elle s'appuie sur un solide réseau de grandes banques et de compagnies d'assurances. La place de Wall-Street est la première place boursière internationale.

Doc. 2. La place de Wall Street


Le secteur des transports contribue également au dynamisme des échanges : les nombreux sites portuaires et aéroportuaires constituent des nœuds de communications internationaux.
Les activités agricoles et industrielles vont être dominées au cours du siècle par de puissantes firmes multinationales.

Enfin, la domination va se renforcer par une capacité à innover en permanence : le domaine de la recherche-développement est une priorité et permet aux entreprises de dominer les nouveaux domaines de production, de maintenir une compétitivité et d'attirer les IDE (= investissements directs à l'étranger), tout comme les chercheurs du monde entier, ce que l’on nomme le brain drain (la fuite des cerveaux).
3. Vers une économie de plus en plus multipolaire
a. Une concurrence de plus en plus marquée des pôles japonais et européen
La suprématie américaine, à son apogée dans les années 1950, doit faire face à une concurrence qui se développe rapidement. Il s'agit d'une concurrence du pôle japonais qui, dans les années 1950, connaît une croissance forte, impulsée par la reconstruction. Le pays devient un pôle majeur des échanges internationaux dans les années 1970.

L'Europe, par la construction européenne initiée en 1957 par le traité de Rome, se pose également comme un centre d'impulsion majeur. Les deux monnaies, le yen et surtout l'euro instauré en 1999, rivalisent avec le dollar.
b. L'émergence de nouvelles puissances
La fin des années 1990 marque l'ascension de puissances émergentes, en particulier des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) qui font apparaître un nouvel ordre économique multipolaire.
La Chine est devenue aujourd'hui la deuxième puissance économique du globe et l'atelier du monde. Les réserves de change atteignent plus de 2 400 milliards de dollars.
L'Inde connaît également une croissance exceptionnelle, entre 8 et 9 % en 2010-11 et son économie se tourne de plus en plus vers l'extérieur.
Avec la Russie, qui retrouve depuis la chute du communisme un statut international, et le Brésil, qui est la plus grande économie d'Amérique latine, l'économie est aujourd'hui centrée sur de multiples pôles.
L'essentiel
Trois périodes majeures marquent le processus de mondialisation depuis la deuxième moitié du 19e siècle.
À la domination sans partage de l'Empire britannique au 19e siècle, succède, dès le début du 20e siècle, une mondialisation impulsée par les États-Unis. La Seconde Guerre mondiale consacre la puissance du pôle américain.
Cependant, la deuxième moitié du 20e siècle voit naître de multiples concurrences et l'émergence de nouvelles puissances qui font glisser l'organisation économique du monde vers la multipolarité.
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour en voir d'autres !
Les économies-monde successives (britannique, américaine, multipolaire) 4/5 basé sur 188 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !
Retrouve d'autres cours d' Histoire-géographie sur le sujet
"Croissance et mondialisation"
- La croissance économique et ses différentes phases depuis 1850