AccueilAccueil
Maxicours.com, Le N°1 du soutien scolaire sur Internet

Cours de Terminale STMG - Le comportement des charges en relation avec le niveau d'activité

 

Révise ces matières à ton rythme et assure la réussite de ton année

Note par nos Maxinautes :  

Objectifs :
• connaître les indicateurs d’activité,
• distinguer les charges opérationnelles des charges de structure,
• déterminer l’incidence du volume d’activité sur le volume des charges.

Qu’entend-t-on par activité ? Comment peut-on la mesurer ? Qu’est–ce qui différencie les charges opérationnelles des charges de structure ? Comment évoluent les charges par rapport aux variations de l’activité de l’entreprise ?

1. Activité et indicateurs d’activité
L’activité est l’ensemble des opérations coordonnées de l’entreprise. On peut citer comme exemple les opérations de production ou les opérations de commercialisation.

L’activité peut être mesurée grâce à plusieurs indicateurs :
- les indicateurs physiques. Ce sont, par exemple, la quantité de produits fabriqués ou la quantité de produits vendus ;
- les indicateurs de temps. Ce sont, par exemple, le nombre d’heures travaillées, le nombre d’heures de fonctionnement des machines, le nombre d’heures utilisées pour la production d’un bien ;
- les indicateurs monétaires. Les plus courants sont le chiffre d’affaires, la valeur ajoutée, les coûts de production et les coûts de commercialisation.

Les variations de l’activité de l’entreprise sont perçues grâce au calcul de ratios d’activité qui s’appuient sur le chiffre d’affaires et la valeur ajoutée. La croissance d’une entreprise suit la progression du chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée :

- la progression du chiffre d’affaires se calcule grâce à la formule suivante :



Ce calcul est influencé par la variation des prix de vente mais aussi des volumes vendus. L’interprétation de ce ratio doit tenir compte de l’environnement de l’entreprise. En effet, si l’entreprise évolue dans un secteur fortement concurrentiel, la croissance de son chiffre d’affaires peut être inférieure à ce qui est espéré sans que cela nuise à la survie de l’entreprise.

- la progression de la valeur ajoutée se calcule grâce à la formule suivante :


Ce ratio permet d’approfondir l’analyse précédente. Il permet de répondre à la question suivante : l’entreprise étudiée a vendu plus de produits (augmentation de son chiffre d’affaires), mais a-t-elle pour autant créer plus de richesses que l’an passé ?
La réponse peut être négative si le prix des consommations intermédiaires a fortement augmenté et n’a pas été absorbé par une augmentation des prix de vente. En revanche, si le processus de production s’est amélioré en permettant ainsi d’économiser un certain nombre de consommations énergétiques, alors pour un même volume vendu (chiffre d’affaires constant), l’entreprise a créé plus de richesses.

2. Les charges liées à l’activité d’une entreprise
L’entreprise « Au bô décor » fabrique et commercialise des revêtements muraux originaux. Elle emploie 12 personnes dans ses ateliers qui sont rémunérées en fonction de leur poste et de leur ancienneté dans la société. Elle assure la commercialisation de ses produits grâce à 5 commerciaux qui couvrent l’ensemble du territoire français. Ils sont rémunérés sur la base d’un fixe auquel s’ajoutent des commissions sur les ventes.
L’atelier fonctionne avec 5 machines qui nécessitent un entretien particulier tous les six mois.
Bien que propriétaire de ses ateliers (achetés en 2002 et financés partiellement par un emprunt bancaire), l’entreprise loue un entrepôt qui est surveillé par un gardien ; l’entreprise ayant déjà été cambriolée deux fois. Les stocks de matières premières sont limités au minimum pour éviter des coûts inutiles. Les clients désirant un produit original ne sont pas pressés et ne sont pas très regardants quant aux délais de fabrication.

Au travers de cet exemple, on remarque que M. Bleu, gérant de la société « Au bô décor » doit faire face à de nombreuses charges : masse salariale (rémunérations des ouvriers de l’atelier, des commerciaux et du gardien), entretien des machines, achats des matières premières, la consommation d’énergie, l’assurance des locaux, le loyer de l’entrepôt, les intérêts de l’emprunt immobilier, …

Toutes ces charges ne présentent pas les mêmes caractéristiques. On remarque que certaines charges sont liées au fonctionnement de l’entreprise (charges opérationnelles) alors que d’autres sont liées à l’existence de l’entreprise (charges de structure) :

- les charges opérationnelles ou variables
Elles sont liées au fonctionnement de l’entreprise, c’est-à-dire qu’elles varient proportionnellement au volume de produits fabriqués et/ou commercialisés.
Dans l’exemple de la société « Au bô décor », les charges opérationnelles sont les achats de matières premières, la consommation d’énergie et les commissions des vendeurs.

- les charges de structure ou fixes
Elles sont liées à l’existence de l’entreprise, c’est-à-dire qu’elles sont stables quel que soit le nombre de produits fabriqués ou vendus.
Les charges fixes auxquelles doit faire face M. Bleu sont les rémunérations des ouvriers, du gardien et la part fixe des commerciaux, l’entretien des machines, le loyer, les intérêts de l’emprunt, les assurances.

3. Le comportement des charges par rapport aux variations de l’activité
a. Le comportement des charges opérationnelles
Par définition, les charges opérationnelles varient proportionnellement au volume de produits fabriqués et/ou commercialisés. Cela signifie que :
- lorsque l’activité augmente (augmentation de la production ou des ventes), les charges opérationnelles augmentent aussi ;
- lorsque l’activité se ralentit, les charges opérationnelles diminuent.

Exemple :
Les charges opérationnelles de la société « Au bô décor » s’élèvent à 750 € pour la fabrication de 100 rouleaux de papier peint modèle « Nature ».

• 1. Quel est le montant des charges opérationnelles pour une production de 200 rouleaux de papier peint « Nature » ?
Puisqu’on double la production, on double également les charges : 750 x 2 = 1 500. Les charges opérationnelles s’élèvent à 1 500 € pour 200 rouleaux.

2. Quel est le montant des charges opérationnelles unitaires ?
On cherche les charges opérationnelles pour 1 rouleau : 750 / 100 = 7,5.
Les charges opérationnelles unitaires sont de 7,5 €.

Si on refait le calcul à partir d’une production de 200 rouleaux : 1 500 / 200 = 7,5.
On remarque que les charges opérationnelles unitaires sont fixes.

b. Le comportement des charges de structure
Par définition, les charges de structure sont stables quel que soit le nombre de produits fabriqués ou vendus. Cela signifie qu’elles sont indépendantes du volume de l’activité de l’entreprise. Si l’activité s’accélère ou si elle ralentit, les charges de structure ont le même poids.

Remarque : les charges de structure globales sont fixes. En revanche, par le jeu des économies d’échelle, les charges de structure unitaires peuvent diminuer. Cela peut être le cas lorsque l’entreprise acquiert un matériel plus performant.

L’essentiel

L’activité de l’entreprise se caractérise par l’ensemble des opérations productives et commerciales qu’elle pratique. Un certain nombre d’indicateurs permettent de mesurer son activité (chiffre d’affaires, valeur ajoutée, nombre d’heures travaillées, quantité de produits fabriqués, etc). Pour mener à bien son activité, l’entreprise doit faire face à des charges que l’on peut classer en deux catégories : les charges de structure qui évoluent indépendamment du volume de l’activité et les charges opérationnelles qui varient proportionnellement au volume de l’activité.
Cette fiche de cours t'intéresse ?
N'attends plus pour en voir d'autres !
Le comportement des charges en relation avec le niveau d'activité 4/5 basé sur 3 votes.
Vous êtes ici :
Première visite
Je m'abonne !