La réussite scolaire pour tous !

Cours de Histoire-géographie 4e - L'invention de la vie politique


Note par nos Maxinautes :  
De quelles façons les Français s'intéressèrent-ils et participèrent-ils à la vie politique de leur nation ?
1. La volonté de participer à la vie politique
Avant la Révolution, de nombreux Français dénonçaient le mépris des nobles et des riches pour ceux qu’ils considéraient comme des personnes inférieures. Ils se plaignaient également de la lourdeur des impôts et de la manière dont ils étaient perçus.

Avec la rédaction des cahiers de doléances au début de l’année 1789, les Français ne se contentèrent pas de dénoncer les maux car ils faisaient également des propositions, notamment sur la manière de gouverner le royaume et de lutter contre l’ignorance. Les cahiers étaient des registres (tenus par les assemblées chargées d'élire les députés) où le peuple pouvait noter des vœux ou des requêtes, il s'agissait donc d'un reflet précieux de la pensée de nombreux Français.

Cette pensée était cependant très souvent contradictoire. Beaucoup, loin d’être révolutionnaires sur tous les points, montraient un grand attachement au roi, aux privilèges locaux et affichaient une profonde méfiance à l’égard des nouveautés, voire une hostilité contre la liberté de la production et des échanges.
2. L’invention des clubs politiques
Pendant la Révolution, des clubs s’ouvrirent (des cercles de réflexion sur la politique), l’un d’eux s’installa dans l’ancien couvent des Jacobins. Ces derniers étaient, pour la plupart d'entre eux, en faveur de la République.
Un autre club, plus proche de la classe populaire, choisit le couvent désaffecté des Cordeliers. Là se rencontraient les habitants du quartier : les bourgeois et le petit peuple des faubourgs.
Ceux qui étaient les plus favorables au roi se retrouvaient au club des Feuillants.

Doc. Une séance au club des Jacobins

À l’Assemblée, les débats étaient publics et les membres des clubs y assistaient souvent. Les clubs avaient des filiales en province. Comme à Paris, les assemblées de quartier, nommées sections, étaient surtout fréquentées dans les moments de crise. D’une ville à l’autre, les patriotes s’écrivaient ; des pétitions circulaient, lancées pour influencer l’Assemblée constituante.
3. La diffusion des journaux politiques
Les journaux se multipliaient. Ils étaient présentés sous la forme de petites feuilles que l’on collait sur les murs ou que l’on vendait à la criée. Comme beaucoup de gens ne savaient pas lire, la lecture publique était fréquente, et les réactions de la foule immédiates : chacun exprimait son point de vue.

Ainsi, les idées les plus diverses s’exprimaient. La presse patriote (journaux des partisans de la Révolution) s’opposait violemment à la presse des aristocrates. L’Ami du Peuple de Marat et Le Père Duchesne d’Hébert poussaient les habitants des faubourgs à l’action. D’autres journaux diffusaient des idées aristocratiques comme l’Ami du Roi au titre significatif.
L'essentiel
La Révolution Française permit au peuple de participer davantage à la politique du gouvernement grâce aux clubs qui leur permettaient de débattre directement à l'Assemblée. Tout citoyen pouvait parler, écrire et imprimer librement. Cette liberté favorisa la multiplication des journaux politiques et donna aux Français une plus grande clairvoyance de la vie politique.
L'invention de la vie politique 4/5 basé sur 40 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours d'Histoire-géographie > 4e > L'invention de la vie politique
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte