La réussite scolaire pour tous !

Cours de Français - Utopie et contre-utopie


Note par nos Maxinautes :  
Objectif : montrer comment toute utopie porte en elle ses limites
1. Définition
a) Etymologie

Utopie vient du grec (o)u : non et topos : lieu. Ce terme désigne un lieu qui n’existe pas, un lieu imaginaire. L’utopie est donc la description d’une société parfaite qui n’existe pas dans la réalité.

b) Caractéristiques communes

Lieu souvent insulaire, clos et difficile d’accès, l’utopie propose un modèle de société et d’organisation politique. Il s’agit généralement d’une société collectiviste qui ignore la propriété privée.
Ce modèle imaginaire qui est avant tout une critique du monde réel : l’utopie apparaît comme une sorte de miroir inversé de la réalité.

L’utopie propose très souvent une organisation qui entre en contradiction avec la liberté individuelle. En voulant imposer un modèle de perfection et de bonheur identique pour tous, elle risque de se transformer en un univers cauchemardesque, assez proche des univers totalitaires. Ainsi, l’utopie n’est jamais loin de son contraire : la dystopie (ou contre-utopie).

2. Les principales étapes du genre
a) Les précurseurs

Les mythes de l’Antiquité, et plus particulièrement le mythe de l’Age d’or développé par Hésiode et repris par Ovide ; Platon et sa description de la cité idéale dans La République .

b) Le fondateur

Thomas More est le premier à utiliser le terme avec son ouvrage Utopia (1516). Dans ce texte, la description d’une société idéale, située dans une île imaginaire, doit se lire aussi comme une critique de l’Angleterre du XVIe siècle.

c) Les utopies au XVIIIe (raisons et applications)

A l’époque de la Renaissance, les découvertes de contrées nouvelles, et en particulier du Nouveau Monde, contribuent à remettre en question le modèle occidental. Les explorations se poursuivent au XVIIIe siècle, grâce aux grandes expéditions menées entre autres par Bougainville. Ainsi Diderot écrit Le Supplément au voyage de Bougainville et décrit les bienfaits de l’état naturel.

L’utopie est souvent un moyen détourné d’échapper à la censure et de critiquer les abus de la société actuelle. Ainsi, Marivaux imagine dans L’île des esclaves, une île dans laquelle les valets deviendraient les maîtres et réciproquement.

La notion de progrès prônée par les philosophes des Lumières s’illustre dans la description de mondes utopiques. Ainsi, Voltaire décrit dans Candide, le pays de l’Eldorado qui apparaît comme une synthèse idéalisée des progrès scientifiques, culturels et humains.

3. De l’utopie à la contre-utopie au XXe siècle
a) Les raisons

Au XXème siècle, l’utopie est soudain devenue réalisable tant sur le plan politique (les idéologies communistes proposaient un modèle de société collectiviste et égalitaire), que sur le plan scientifique (les progrès de la science permettaient de tendre vers le bonheur). Mais ses réalisations ont vite tourné au cauchemar : le XXe siècle fut le siècle des totalitarismes et les progrès scientifiques ont montré leurs limites.

b) Deux exemples significatifs

- Huxley décrit, dans Le meilleur des mondes (1932), une société dans laquelle les individus sont conditionnés dès leur naissance et répartis en cinq classes : en haut de l’échelle on trouve les alphas, destinés à diriger la société ; en bas les epsilons, voués aux basses tâches. Le bonheur consiste à prendre des pilules pour réguler les différentes humeurs. Toute vie culturelle et affective est supprimée et remplacé par un confort matériel. Finalement ce meilleur des mondes ressemble à un enfer.

- Orwell dans 1984 (1948) dénonce le totalitarisme stalinien : les libertés individuelles sont toutes supprimées et chacun vit sous le regard menaçant de Big Brother, démultiplié par les télécrans qui envahissent la sphère privée. Toute révolte et pensée critique est impossible et l’endoctrinement, imposé par la terreur et la torture, triomphe de manière terrifiante.

L’essentiel

L’utopie est la description d’un monde parfait où tout le monde serait heureux. Mais imposer le bonheur à tous n’est-il pas voué d’emblée à l’échec, comme l’ont prouvé les applications de modèles utopiques dans la réalité ?

Utopie et contre-utopie 4/5 basé sur 92 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Français > Utopie et contre-utopie
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de Français > Utopie et contre-utopie
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte