La réussite scolaire pour tous !
  • CP
  • CE1
  • CE2
  • CM1
  • CM2
  • 6e
  • 5e
  • 4e
  • 3e
  • 2e
  • Première
  • Terminale
  • Tutorat

Cours de SES - De la crise des subprimes à celle des dettes publiques


Note par nos Maxinautes :  
Objectif :
La crise économique actuelle a débuté en 2008 aux États-Unis ; comment est-elle devenue une crise mondiale touchant la dette des États européens ?
1. La crise financière
a. La crise des subprimes américaine
Durant les années 2000, de nombreux américains aux revenus faibles accèdent à la propriété grâce aux subprimes (prêts hypothécaires). Certains organismes de crédit acceptent de leur prêter de fortes sommes avec des taux d’intérêts variables. Ces taux sont intéressants car ils sont très faibles au début et permettent un remboursement progressif, mais ils montent rapidement car ils intègrent une prime de risque très élevée. De nombreux ménages pauvres se laissent tenter et s’endettent au-delà du raisonnable (les ménages pouvaient emprunter jusqu’à 110% du montant du bien).

Pour les organismes de crédit, l’opération semblait peu risquée ; en effet, en cas de défaut de paiement, elles pouvaient saisir le bien immobilier et le revendre avec une plus-value du fait de la bulle spéculative créée sur ce marché.
Cependant, ce raisonnement ne peut pas fonctionner si de nombreux ménages sont dans l'incapacité de rembourser leurs crédits. Le nombre de maisons en vente a considérablement augmenté, entraînant ainsi une chute des prix. Les organismes de crédit se sont donc retrouvés eux aussi dans une situation financière délicate.
b. Une crise financière mondiale
Cette crise américaine va contaminer tous les marchés financiers du monde, à cause de la titrisation des créances. Pour se refinancer ou éliminer une partie du risque liée à ces subprimes, les organismes de crédit américains ont transformé leurs créances en titres négociables sur les marchés financiers (notamment les CDO : Collateralised Debt Obligation). Ces titres sont des portefeuilles de valeurs diverses et les créances sur les subprimes peuvent donc être « cachées » parmi des titres moins risqués mais apporter une rémunération intéressante pour les investisseurs. Ces titres se sont donc vendus sur les marchés financiers du monde entier, en particulier dans des fonds d’investissements gérés par des banques.

Lorsque la crise éclate en 2007 aux États-Unis, la suspicion gagne les marchés financiers et les investisseurs veulent massivement vendre leurs titres douteux (sans savoir s’ils le sont réellement). Cela va donc entraîner une chute de la valeur de l’ensemble des titres sur les places boursières. En 2008 par exemple, les bourses européennes vont voir leurs titres perdre en moyenne 40% de leur valeur.
De plus, les banques doivent établir un bilan avec les nombreux titres douteux qui ne valent plus rien sur les marchés. Elles ne peuvent donc plus les vendre ni s’en servir pour se refinancer. Les pertes sont colossales pour certaines banques, dont la faillite est inévitable (Lehman Brothers).
2. Une crise économique et une crise de la dette publique
a. L'intervention musclée des États pour contrer la crise
Dès 2007, le gouvernement américain change les lois sur le crédit pour mieux l’encadrer et supprimer ses dérives. Devant les difficultés des banques et des divers organismes de crédit, le gouvernement américain prend la décision de les refinancer pour éviter leur faillite (par exemple « Freddie Mac » et « Fanny Mae » qui sont des organismes d’assurances sur les crédits).
En Europe, de nombreuses banques sont en difficulté et vont être sauvées par les fonds publics (Dexia, Fortis). L’État va leur permettre de se refinancer à moindre coût auprès de la banque centrale et va créer un fonds de secours d’urgence. En Angleterre, un plan de recapitalisation publique des banques aboutit à la nationalisation partielle de certaines d’entre elles (comme la Barclays). Ce mouvement s’étend aussi aux assurances (AIG).

L’intervention des États a beaucoup été critiquée vis-à-vis des montants mis en jeu, mais il ne pouvait pas en être autrement. Si les banques ne peuvent plus se refinancer en vendant leurs titres ou en s’endettant à des taux d’intérêts faibles sur le marché monétaire, elles n’accordent plus de crédits. Cette contraction du crédit est néfaste aux investissements et à la consommation, entraînant donc une forte récession.
De plus, une crise financière de cette ampleur fait courir un risque de système. En effet, tout le système monétaire est basé sur la confiance dans la monnaie. Cette monnaie est aujourd’hui largement scripturale : si les ménages n’ont plus confiance dans le système et qu’ils veulent « récupérer leur argent », cela aboutit à une impasse. Cette situation de défiance vis-à-vis de la monnaie paralyserait les échanges et entraînerait la faillite des établissements bancaires et du système monétaire en général.
b. Une crise qui coûte cher
La crise bancaire est aujourd’hui terminée, les établissements de crédit ont rétabli leurs profits et se sont consolidés. Une réforme du système financier reste cependant à l’étude, notamment pour séparer les banques de dépôt et d’affaires et ainsi sécuriser les dépôts des ménages et le crédit aux particuliers (ce qui a été fait en partie aux États-Unis). Une meilleure surveillance des produits financiers et des échanges (vers les « paradis fiscaux ») a également été mise en chantier. La France milite aussi pour l’introduction d’une taxe (dite taxe « Tobin ») visant les échanges financiers pour les réduire et les faire contribuer à leurs « dégâts » (hausse du chômage, de la dette des États, etc.).

Cependant, l’intervention massive des États pour sauver leurs établissements financiers et faire face aux conséquences de la crise a fortement accru leur endettement. Des pays déjà fragiles de ce point de vue (comme la Grèce ou le Portugal) se retrouvent endettés bien au delà de la valeur de leur PIB. Or, pour financer leur dette, les États ont besoin de vendre des titres (les bons du Trésor en France) sur les marchés financiers. Si les investisseurs n’ont plus confiance, ils n’accepteront d’acheter ces titres que contre des taux d’intérêts très élevés, ce qui va accroître l’endettement des États et les empêcher de faire d’autres dépenses.

En 2010, les taux d’intérêts sur les emprunts d’État ont explosé pour des pays comme la Grèce, le Portugal et l’Irlande. Cette situation a mis la Grèce au bord de la faillite publique (impossible pour le pays de rembourser ses dettes). Une partie de la dette grecque est détenue par des banques européennes, ce qui les a replongées dans les difficultés face à un défaut de paiement probable. Les États européens ont donc créé un fonds financier qui permet aux pays en difficulté de faire face à leur financement immédiat, mais la crise de la dette menace désormais des pays comme l’Espagne ou l’Italie pour lesquels le fonds serait inefficace face aux montants à mobiliser pour les sauver.
Cette crise de défiance vis-à-vis de la dette des États est alimentée par les agences de notation (comme Standard and Poor’s) qui évaluent le risque des placements financiers. Une dégradation de la note de la dette de certains États conduit donc les investisseurs à réclamer des taux d’intérêts plus élevés (la note maximale étant le « AAA »). En janvier 2012, la France perd son triple A ainsi que 9 autres pays européens.
L'essentiel
La crise financière mondiale provient d'un défaut de paiement des crédits des ménages américains les plus pauvres. Cette crise s’est étendue à cause de la titrisation des créances, plongeant les bourses et les banques mondiales dans la tempête. Les États ont été dans l'obligation de dépenser beaucoup d’argent pour faire face aux conséquences financières et économiques de cette crise, ce qui a accru leur endettement et les a plongés dans une récession durable.
Synthèse visuelle
 
De la crise des subprimes à celle des dettes publiques 5/5 basé sur 32 votes.
Vous êtes ici :
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > De la crise des subprimes à celle des dettes publiques
Accueil > Fiches de cours du CP à la Terminale > cours de SES > De la crise des subprimes à celle des dettes publiques
Voir tout le contenu pédagogique relatif à ce sujet
Connexion ou Créer un compte